Coinhouse dans le métro parisien





Bitcoin et les actifs numériques sont, depuis mardi, au centre d’une campagne d’affichage dans le métro parisien qui devrait durer une dizaine de jours. La campagne brocarde les faibles rendements proposés par les banques traditionnelles afin de promouvoir auprès du grand public les solutions d’investissement dans les actifs numériques proposées par Coinhouse.

En forte croissance depuis le début de l’année, l’ex « Maison du Bitcoin » a particulièrement profité de l’intérêt croissant des entreprises qui représentent un peu moins de 30 % de son activité au premier semestre. L’introduction du l’EUR-L, un « stablecoin » euro qui permet notamment aux acteurs de sortir ponctuellement du marché sans déclencher l’imposition des plus-values [1], lui a également permis de générer environ 40 % de son volume du premier semestre, ce qui correspond à sept fois le volume de l’année précédente. Parmi les changements récents notons la baisse des frais de transaction (autour 1,49%) et le recrutement de Stéphane Ifrah (Napoléon X), désormais responsable de la structuration des produits d’investissement crypto.

« L’objectif est de faciliter au maximum l’accès aux produits d’investissement complexes et notamment à la finance décentralisée tout en respectant la réglementation et donc la validation des comptes. Nous avons aussi renforcé notre offre de conservation pure, en permettant notamment d’acheter du Bitcoin sous format papier comme Grayscale, ce qui est particulièrement utile pour les entreprises auxquelles nous proposons également une solution de conservation ultra sécurisée mais simplifiée qui démarre à neuf cents euros par an. » – Nicolas Louvet CEO de Coinhouse et de Coinhouse Custody Services.


[1] La taxation plus-values sont déclenche lors du retour à l’euro classique. Autre objectif annoncé par l’entreprise : faire en sorte que les EURL soient utilisables dans les magasins pour du paiement. Notons que l’utilisation d’un stablecoin euro pour du paiement est un événement taxable en cas de plus-value.







Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 + 2 =