Cinéma pour les enfants : aventure et exotisme avec Le Prisonnier de Zenda – Actus Ciné


Faites découvrir à vos cinéphiles en herbe ce classique du cinéma d’aventure avec deux Stewart Granger pour le prix d’un : “Le Prisonnier de Zenda”.

M.G.M.

Pour rappel les jeunes enfants doivent passer 1h par jour maximum devant un écran.

Conseillé à partir de 10 ans

• Il était une fois : Rudolph Rassendyll, un Anglais visitant la Ruritanie dans les Balkans, s’avère être le sosie du prince Rudolf. Alors que le frère du roi, But Rupert, projette d’empoisonner le futur souverain, l’entourage de celui-ci demande à l’Anglais de prendre sa place durant la cérémonie pendant que le vrai prince sera en lieu sûr. Mais But Rupert découvre le subterfuge et fait prisonnier son frère, menaçant de révéler la véritable identité de l’Anglais…

• Ce qu’ils vont adorer : tout est réuni pour plaire à un public familial : un héros élégant, un intriguant prêt à tout pour prendre le pouvoir, une romance, de l’action, de l’exotisme, une utilisation intelligente des couleurs (dans les costumes et décors)… le moindre détail est pensé pour un divertissement maximal. Le charisme de Stewart apporte un vrai plus aux deux rôles qu’il interprète. A ce sujet, notez que le film évite de tomber dans les possibilités comiques de la gémellité pour mieux offrir aux spectateurs le dépaysement qu’ils sont venus chercher. Du reste, le réalisateur Richard Thorpe emballe son récit en 1h36 : pas le temps de s’ennuyer !

MGM
Deux Stewart Granger pour le prix d’un ! Dans le rôle de Rudolf Rassendyll et du roi Rudolf V

• Ce qui peut les inquiéter : Le personnage de James Mason est insidieux, manipulateur et assassin, met en danger le héros. C’est un méchant capable de tout pour arriver à ses fins et il peut en devenir inquiétant pour les enfants. Par ailleurs, l’intrigue politique peut sembler complexe, et les parents devront peut-être expliciter certaines subtilités à des jeunes spectateurs plus distraits.

• Ce qu’ils vont garder au fond d’eux : Le duel d’anthologie entre Stewart Granger et James Mason, véritable morceau de bravoure du genre, l’énergie apportée par Granger (qui semble au départ un peu rigide avant de révéler tout son potentiel) et une intrigue prenante et bien menée. Le Prisonnier de Zenda est à classer parmi les classiques du film de cape et d’épée, où le panache rivalise avec l’aventure et propose des personnages qui ne sont pas aussi caricaturaux qu’on pourrait l’imaginer au premier abord pour un film de cette époque. A (re)découvrir. 

Disponible en VOD et Blu-ray.

“Le Prisonnier de Zenda” de Richard Thorpe en images :

 

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 35 = 40