Chicago – Le temps sec d’Amérique du Sud et le dollar faible font grimper maïs, soja, blé


Les cours des principaux contrats de maïs et de soja, cotés à Chicago, ont encore nettement progressé jeudi pour la dernière séance de l’année, tandis que le blé, en très forte hausse la veille, est resté stable.

Après un bond de 3,59 % mercredi, le prix du blé, à des sommets depuis cinq ans, a ralenti un peu sa course (-0,04 %).

« Le cours du soja reste compétitif mais ça commence à être exagéré », a prévenu Frank Cholly de RJO Futures.

Il souligne que « le marché est d’une façon générale très soutenu (…) par la demande, particulièrement celle de la Chine ».

Le faible niveau du dollar porte aussi les contrats sur les céréales qui sont libellés en dollars, les rendant moins chères.

Le maïs, qui a conclu en forte hausse (+2 %), a bénéficié du fait que l’Argentine, gros producteur, vient de mettre un terme à ses exportations pour cette campagne agricole, « ce qui crée de la demande pour le blé américain » et ukrainien, a encore indiqué Frank Cholly.

Le temps toujours sec en Amérique du Sud, malgré des pluies sur une partie de l’Argentine et du Brésil, soutient également les prix.

Le soja a poursuivi sa hausse (+0,88 %) malgré l’arrêt mercredi d’une grève de trois semaines dans les ports argentins, qui devrait relancer les expéditions.

« Avec l’arrêt de la grève » qui bloquait 160 cargos dans les ports de l’Argentine, « on pourrait s’attendre sans doute à une petite correction sur le marché du soja », a indiqué l’expert de RJO Futures. « Cela ne s’est pas encore matérialisé mais ça ne devrait pas tarder car ils vont commencer à faire bouger ces cargos et le soja est suracheté », a-t-il ajouté.

Le courtier s’attend pour début 2021 à une possible modeste correction sur les cours du soja, qui vont toutefois demeurer, selon lui, au-dessus de 12 dollars le boisseau, à cause du temps sec qui a prévalu en Amérique du Sud, ce qui va sans doute réduire le volume de la récolte.

D’une manière générale sur les matières premières, assure l’expert, « on aperçoit de l’inflation aux États-Unis ». « Personne ne veut en parler mais avec le dollar faible, le volume de liquidités sur le marché, on voit déjà se manifester de l’inflation dans les produits agricoles, l’énergie et les métaux », conclut M. Cholly.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mars a terminé à 6,4050 dollars contre 6,4075 dollars mercredi, en léger repli de 0,04%.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars a fini à 4,8400 dollars contre 4,7450 dollars la veille, en hausse de 2%.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier a terminé à 13,1525 dollars contre 13,0375 dollars à la dernière clôture, gagnant 0,88%.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


16 + = 22