Ces expos à voir en ligne en attendant leur réouverture (ou pas)


1. Bain de mer avec Picasso

En manque de soleil, de plage et de vacances ? Contre la déprime hivernale, rien de tel qu’un plongeon en compagnie des baigneuses et baigneurs de Picasso. Si l’exposition du musée des beaux-arts de Lyon vient de fermer définitivement ses portes, il nous est encore possible de profiter du parcours en vidéo avec une visite commentée, assurée par Sylvie Ramond, directrice du musée et co-commissaire de l’exposition. Une relecture rafraîchissante de l’œuvre de Picasso, qui dialogue ici avec des toiles des pionniers de la modernité (Cézanne, Renoir ou encore Manet) et d’artistes contemporains comme Francis Bacon, Henry Moore et Farah Atassi.

Arrow

Picasso. Baigneuses et baigneurs

Du 15 juillet 2020 au 3 janvier 2021

2. Cindy Sherman online

C’est officiel, l’importante exposition consacrée à Cindy Sherman à la fondation Louis Vuitton ne rouvrira pas ses portes. Heureusement la voici prolongée en ligne, jusqu’au 31 janvier, grâce à un parcours filmé, mis à disposition sur la chaîne YouTube de l’institution ainsi qu’une programmation de micro-visites de 30 minutes (« Cindy Sherman, la rétrospective », « Cindy Sherman et Crossing Views » et « Cindy Sherman en famille ») assurées par un médiateur et diffusées en live. Les 1001 visages de la célèbre photographe américaine n’auront plus de secrets pour vous !

Arrow

Cindy Sherman à la Fondation Louis Vuitton

Du 23 septembre 2020 au 31 janvier 2021

Arrow

Les Micro-visites Live

Trois thèmes de micro-visites live sont proposés : « Cindy Sherman, la rétrospective »,
« Cindy Sherman et Crossing Views » et « Cindy Sherman en famille »
Tarif 4‎€/2‎€ par connexion
Informations et réservations sur www.fondationlouisvuitton.fr

3. La sculpture corps et âme

Remontons désormais au temps de la Renaissance, et plus précisément au quattrocento qui a vu s’affirmer nombre de sculpteurs de génie, inspirés par Donatello. Si l’on ne sait pour le moment pas si la grandiose exposition « Le corps et l’âme – La sculpture en Italie, de Donatello à Michel-Ange » pourra être prolongée au-delà du 18 janvier, sa date initiale de fermeture, il est possible de se délecter de ses chefs-d’œuvre grâce à une visite privée en vidéo mise en ligne par le blogueur Scribe Accroupi. Au programme des réjouissances, un tourbillon de délicatesse, de grâce et de sentiments. Et le marbre prend vie !

Arrow

Le corps et l’âme – La sculpture en Italie, de Donatello à Michel-Ange

Du 22 octobre 2020 au 18 janvier 2021
Second volet de son histoire de la sculpture de la Renaissance, lancée en 2013 autour des débuts prometteurs du Quattrocento, le parcours du Louvre met en lumière l’art à son apogée avec des chefs-d’œuvre signés Donatello et Michel-Ange, notamment. Une démonstration tout en émotion, où il faut se précipiter d’autant plus que les expositions de sculptures se font trop rares.

4. Le Mucem fait son défilé

Le point commun entre le débardeur, le jogging, le bleu de travail, le kilt et l’espadrille ? A priori aucun, et pourtant ce sont tous des indémodables ! À Marseille, le Mucem rendait hommage à ces vêtements iconiques qui ont écrit l’histoire de la mode à travers 200 pièces de prêt-à-porter et de haute couture, ou encore de lingerie. L’ensemble dialoguait avec de nombreux dessins, de films et de photographies de Raymond Depardon, Jacques Henri Lartigue ou encore Man Ray. Dans ce parcours virtuel, on vogue à sa guise d’imprimés bariolés en incontournables. Plutôt tartan ou denim ?

À gauche, Raymond Depardon, « Marcel Privat », issu de la série « Profils paysans. La Vie moderne », 2007. À droite, LAFONT (CEPOVETT Group), bleu de travail en coton moleskine, 2019.

À gauche, Raymond Depardon, « Marcel Privat », issu de la série « Profils paysans. La Vie moderne », 2007. À droite, LAFONT (CEPOVETT Group), bleu de travail en coton moleskine, 2019.

i

© Raymond Depardon / Magnum Photos. © LAFONT / Photo Mucem / Marianne Kuhn.

Du 29 juin 2020 au 6 décembre 2020

5. Lumineux ténèbres

Broyer du noir, tout un art ! Le Louvre Lens retrace avec l’exposition « Soleils Noirs » – qui doit fermer ses portes le 25 janvier – l’épopée, de l’Antiquité à nos jours, de cette couleur énigmatique, dans laquelle les artistes ont projeté leurs angoisses mais aussi leurs fantasmes. Une exposition sensorielle et ténébreuse où se côtoient des divinités égyptiennes, les cauchemars de Füssli, l’imaginaire décadent de Félicien Rops, la silhouette élégante de Jeanne Lanvin et les outrenoirs méditatifs de Pierre Soulages…

Du 25 mars 2020 au 25 janvier 2021

6. Expériences cosmiques

Décollage immédiat pour… l’univers ! Le musée de la Poste nous convie à une conquête spatiale artistique à travers cinquante installations, photographies et vidéos réalisées par des artistes contemporains. L’expérience, superbe et onirique, se vit aujourd’hui sur la Toile. Le plus ? La visite guidée, assurée par la commissaire de l’exposition Céline Neveux, est ponctuée d’interventions d’artistes (parmi lesquels Félicie d’Estienne d’Orves, Hugo Deverchère, Vladimir Skoda). Une expo qui donne des ailes !

Du 2 septembre 2020 au 10 janvier 2021

7. Le parfum en haut de l’affiche

Arrivé en France en 1898, l’italien Leonetto Cappiello s’est rapidement illustré dans de nombreux journaux, dont la célèbre Revue Blanche, avant de mettre son talent au service des plus grands parfumeurs. Le musée de la parfumerie de Grasse met à l’honneur cette figure de l’affiche publicitaire, moins connue du grand public que ses contemporains Alfons Mucha et Jules Chéret. Dans la lignée de ce dernier, Cappiello va révolutionner l’art de l’affiche avant de se retirer à Grasse à la fin de sa vie… Une exposition au doux parfum de Belle Époque.

Arrow

Leonetto Cappiello – L’Affiche et la Parfumerie

Du 18 septembre 2020 au 27 mars 2021

www.museesdegrasse.com

8. Fenêtre ouverte sur le Danemark

Christoffer Eckersberg, Christen Købke, Martinus  Rørbye ou encore Constantin Hansen… Ces noms ne vous disent peut-être rien et c’est normal. Très méconnue en France, la peinture danoise du XIXe siècle regorge pourtant de sacrés trésors ! Paysages tranquilles irradiant de lumière, scènes de vie paisibles… Porté par des artistes prolifiques à la technique virtuose, cet âge d’or (qui s’est étalé de 1801 à 1864) a accompagné l’essor culturel du pays, malgré un contexte historique marqué par les guerres. Une bouffée d’air frais venu du Nord à savourer avec notre visite en 100 secondes chrono, en compagnie de Christophe Leribault, directeur du Petit Palais et commissaire.

Arrow

L’âge d’or de la peinture danoise (1801-1864)

Du 22 septembre 2020 au 17 janvier 2021

9. Histoires de pionnières

Elle a débuté comme modèle de Renoir et de Toulouse-Lautrec, avant de s’imposer comme l’une des peintres les plus importantes de la première moitié du XXe siècle. Dans sa maison atelier de la rue Cortot, à Montmartre, elle va révolutionner la représentation de la figure féminine et le genre du nu et sera la première femme à exposer à la Société nationale des beaux-arts ! Au musée des beaux-arts de Limoges, l’exposition « Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880–1940 » revient sur le parcours de la peintre et de cinquante autres femmes artistes de la même époque, plus ou moins renommées, pionnières de la modernité.

Capture de l’exposition virtuelle « Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940 »

Capture de l’exposition virtuelle « Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880–1940 »

Arrow

L’exposition virtuelle :

Arrow

Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940

Du 7 novembre 2020 au 14 février 2021



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 30 = 33