Bodyguard – Keeley Hawes : “J’avais l’impression de jouer dans un film d’action” [SPOILERS] – News Séries


Incarnant la puissante et ambivalente Julia Montague, secrétaire d’État à l’Intérieur dans Bodyguard, Keeley Hawes est revenue pour Allociné sur son expérience dans cette série qui fait sensation.

Attention, spoilers. Il est conseillé d’avoir vu les trois premiers épisodes de Bodyguard avant de continuer la lecture de cet article.

Actrice britannique de 42 ans qui s’est surtout illustrée dans le monde des séries, Keeley Hawes est connue pour ses rôles d’Alex Drake dans Ashes to Ashes et Zoe Reynolds dans MI-5. Voix de Lara Croft dans plusieurs jeux vidéo des années 2000, la comédienne a aussi joué au cinéma dans Joyeuses Funérailles et Braquage à l’anglaise mais aussi dans le psychédélique High Rise. Cette année, Keeley Hawes brille dans la série Bodyguard, aux côtés de Richard Madden, disponible sur Netflix et en diffusion depuis le 16 novembre sur France 2.

AlloCiné : Dans Bodyguard, vous incarnez Julia Montague, une femme politique puissante mais controversée. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce rôle et comment l’avez-vous préparé ? Vous êtes-vous inspirée d’un ou d’une politique en particulier ?

Keeley Hawes : Au moment du tournage, la conservatrice Amber Rudd était la secrétaire d’État à l’intérieur au Royaume-Uni et il y avait beaucoup de vidéos d’elle qui circulaient sur Youtube et les réseaux sociaux sur lesquelles je pouvais m’appuyer pour m’approprier la manière dont elle s’exprimait dans ses discours politiques. (Amber Rudd a démissionné en avril 2018 suite à ses propos polémiques sur les immigrés et les travailleurs étrangers ainsi que le scandale de la « génération Windrush », ndlr) J’ai aussi travaillé avec un spécialiste des discours politiques qui collabore avec des politiciens. C’était très intéressant parce que les politiques pratiquent la langue de bois et trouvent toujours le moyen de dire ce que vous voulez entendre.

Comment s’est passé le tournage de cette série intense et votre duo avec Richard Madden ?

C’était fantastique. On s’est très bien entendus avec Richard parce qu’il est simple et drôle. Nous avons la même manière de travailler. Sur le tournage, nous étions très sérieux mais nous aimions aussi détendre l’atmosphère de temps en temps pour contrebalancer avec le rythme soutenu et la tension permanente présente dans les scènes. Le tournage s’est très bien passé aussi avec Thomas Vincent, le réalisateur français des trois premiers épisodes, et Jed Mercurio (le créateur de la série, ndlr) était présent en permanence sur le plateau. Il y avait un très bon équilibre et l’expérience était très collaborative. Chacun pouvait apporter des idées ce qui rendait le processus très agréable.

Netflix

Comment expliquez-vous le succès de Bodyguard ?

Je ne sais pas, je pensais que vous me l’expliqueriez ! (Rires) J’imagine qu’il y a plusieurs raisons : l’histoire, le rythme, Richard.. On a travaillé très dur sur la série, le tournage était intense donc c’est très gratifiant de savoir que le public a aimé la série. Les réactions des spectateurs étaient très vives, notamment sur mon personnage : “Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Est-ce qu’elle est vivante ? Est-ce qu’elle est morte ?”

C’est très stimulant de pouvoir réaliser des choses extrêmes dans ce travail. J’avais l’impression de jouer dans un film d’action, notamment la scène où je me fais tirer dessus qui est très impressionnante.

[SPOILERS] Justement, votre personnage meurt à la moitié de la série, ce qui en a déçu beaucoup. Mais vous avez quand même accepté le rôle.

Ça me fait plaisir si certains sont déçus ! C’est vrai que Jed Mercurio tue mon personnage, c’est horrible de me faire ça ! (Rires) Plus sérieusement, c’est très stimulant de pouvoir réaliser des choses extrêmes dans ce travail. J’avais l’impression de jouer dans un film d’action, notamment la scène où je me fais tirer dessus qui est très impressionnante.

Que dit la série de la politique britannique selon vous ?

Je pense que la série se concentre surtout sur David, ainsi que sa relation tendue avec Julia. Mais c’est vrai qu’elle permet de révéler intelligemment les coulisses de la scène politique qu’on ne comprend pas forcément. C’est intéressant de découvrir l’envers du décor à travers cette histoire bien écrite.

Après le succès fulgurant de Bodyguard, dans quels projets pourrons-nous vous retrouver ?

J’ai joué dans la mini-série Summer Rockets de Stephen Poliakoff mais aussi la mini-série Mrs. Wilson avec Ruth Wilson (The Affair) et enfin une série américaine appelée Traitors. De beaux projets très intéressants qui devraient arriver sur les écrans l’année prochaine.

Propos recueillis par Mégane Choquet à Paris le 31 octobre 2018.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


4 + 6 =