Bitcoin.fr fête ses 10 ans


Il y a dix ans, le 23 décembre 2010, je faisais l’acquisition du nom de domaine bitcoin.fr et mettais en ligne une sommaire présentation de Bitcoin, presque entièrement pompée de bitcoin.org. J’avais au préalable téléchargé Bitcoin QT et obtenu 0,12 bitcoin sur le faucet de Gavin Andresen. Pas une fortune, certes, mais suffisamment pour tester le système en faisant quelques transactions.

Ma brève carrière de mineur a commencé peu après pour s’arrêter deux jours plus tard. D’après mes calculs il aurait fallu que je fasse chauffer mon ordinateur pendant au moins un mois pour espérer obtenir 50 bitcoins. Pour 12€50… le jeu n’en valait pas la chandelle. La première coopérative de minage venait à peine de naitre [1], j’ignorais tout de son existence et du concept même de « mining pool ».

Mais revenons aux origines : le message qui m’a fait découvrir Bitcoin.

A ce moment-là l’affaire des télégrammes diplomatiques divulgués par Wikileaks faisaient la Une des journaux et c’était le début des ennuis de Julian Assange, poursuivi par les Etats-Unis et contraint de s’exiler. C’est dans ce contexte qu’un ami m’a envoyé, le 12 décembre 2010, un message qui s’adressait également à quatre autres camarades :

« Je ne sais pas si vous suivez l’affaire Wikileaks. Bon, si vous matez les journaux tv, vous n’y apprendrez pas grand chose. Mais Twitter est un excellent repaire pour voir tout ce qui se passe autour de tout ça (même si la censure y règne un peu). Bref, nul doute qu’il y aura un avant et un après Wikileaks… Les allégations suédoises pour viol sont complètement bidon. L’extradition vers les States est en bonne voie : et on n’entendra (voire on ne reverra) jamais Julian A. C’est mal barré pour lui, il est bien parti pour être classé terroriste.

Demain ouvre Openleaks [1], une initiative un poil plus intelligente (moins centralisée) que Wikileaks. Au passage, ça met en évidence les fragilités d’internet… les Mastercard/PayPal/Visa aux bottes du gvt US, capables de stopper les dons financiers sur simple ordre du gvt [2]… idem pour les fournisseurs de services internet : hébergeurs, dns, etc …Vous n’avez sans doute pas pu louper les attaques ddos contre Visa et Mastercard (et PayPal) la semaine dernière [3]… créant un énorme manque à gagner, attaques générées par des anonymes, genre 2000 ou 3000 gugusses ont réussi à mettre à mal, avec des moyens très simples, l’économie sur internet… ce qui est complètement hallucinant au passage !

Bref tout ça pour dire, qu’il y aura clairement un avant et un après Wikileaks, vu tout ce qui se passe actuellement… les DNS centralisés (ce qui sert à attribuer une IP en fonction d’un nom de domaine), facilement censurables par un gouvernement, vont se voir remplacer par des DNS en p2p, empêchant tout contrôle. Pareil pour les flux financiers (nerf de la guerre quand même) qui sont actuellement fournis par des boites privées…

Et c’est l’objet de ce mail : une initiative dont on parle de plus en plus est la “devise virtuelle” gérée en p2p. ça se nomme BITCOIN : évidemment, ça n’a de sens que si des gens/services l’utilisent ! Et c’est relativement bien parti… y a même des sites de pokers où on peut jouer avec des bitcoins ;-), beaucoup de sites de services, et mêmes des vrais objets en dur achetables. Bon, de notre vivant, on ne verra certainement pas tout le système monétaire géré de manière décentralisé 😉 mais l’idée va faire son chemin, le besoin d’une monnaie internationale et internet only… se fait sentir (PayPal ne faisant que simplifier les échanges en utilisant les monnaies habituelles).

D’après mes calculs, actuellement 4 bitcoins = 1 euro environ. Avec ce genre de système monétaire, impossible pour qui que ce soit, un gouvernement ou autre, d’empêcher deux personnes de faire une transaction totalement anonyme. »

Des quatre destinataires, je fus finalement le seul à creuser un peu plus le sujet.

Je ne suis ni développeur ni investisseur, je ne m’intéressais pas alors particulièrement à l’économie, encore moins à la monnaie, mais Bitcoin m’a rapidement apparu comme une proposition aussi drôle qu’effrontée. Je voulais en savoir plus.

Ma réponse, cependant, ne fut pas particulièrement brillante :

« Je vais essayer Bitcoin pour la déconne ». – 13 décembre 2010.


[1]La Slush Pool de Marek Palatinus est née le 27 novembre 2010.

[2]Openleaks, censé remplacer WikiLeaks, ne verra finalement jamais le jour.

[3] Début décembre 2010 Visa et MasterCard ont suspendu tous les paiements à destination de WikiLeaks.

[4] En soutien à Wikileaks des groupes anonymes avaient lancé, début décembre, des attaques contre Visa et Mastercard.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


57 + = 66