Bienvenue à Marly-Gomont sur TF1 : que devient Kamini, rappeur à l’origine du film ? – Actus Ciné



TF1 diffuse ce soir sur TF1 Bienvenue à Marly-Gomont, une histoire inspirée de l’enfance du rappeur Kamini. Mais au fait, que devient-il depuis le succès de sa chanson et la sortie du film ?

En 2006/2007, Kamini se fait connaître du grand public avec le titre Marly-Gomont, un hommage tout en humour et en musique au “patelin” de son enfance. Savait-il à ce moment-là que quelques années plus tard, son histoire (et celle de son père), allait devenir un film ?

Son enfance mis en lumière

J’viens d’un village paumé dans l’Aisne, en Picardie, Facilement , 95 % de vaches, 7 % d’habitants, et parmi eux, Une seule famille de noirs, fallait qu’ce soit la mienne, p***** un vrai cauchemar.” racontait l’artiste dans sa chanson et  c’est de ce postulat qu’il est parti pour écrire Bienvenue à Marly-Gomont (2016), en collaboration avec Benoît Graffin et Julien Rambaldi. Un hommage à son père,  Seyolo Zantoko (décédé en 2009) et à sa mère Anne Zantok, qui ont quitté leur Congo natal pour s’installer dans un petit village picard. Dans les années 70, Seyolo arrive tant bien que mal à décrocher une bourse pour venir étudier en France. Refusant d’élever ses enfants en région parisienne et de rentrer dans un cycle de ghettoïsation, le voilà qui accepte un poste de médecin de campagne. Au grand dam de son fils et de sa fille, qui subiront moqueries et railleries de la part des autres élèves durant toute leur scolarité, parce qu’ils étaient les seuls noirs du village. Un sujet qui est au centre de Bienvenue à Marly-Gomont, réalisé par Rambaldi et mené par Marc Zinga et Aïssa Maïga.

Mais le petit Kamini Zantoko, qui a subi racisme et discrimination, a su s’en relever. Après une enfance à Marly-Gomont il quitte sa petite ville de l’Aisne pour tenter une école de médecine afin de suivre la voie de son père et devenir praticien. S’il échoue et se dirige finalement vers une carrière d’infirmier, c’est pendant ses premières années qu’il commence à écrire le titre Marly-Gomont. Une chanson envoyée à de nombreux labels de musique, qui ne se montrent malheureusement pas intéressés. Cette dernière s’offrira malgré tout un énorme buzz grâce au bouche-à-oreille. Après le succès de ce titre (puis d’autres, comme “J’suis blanc”, qui ne rencontreront pas le même buzz) et la sortie de Bienvenue à Marly-Gomont, Kamini se fait beaucoup plus discret. Mais il n’a pas chômé pour autant.

Un One-Man-Show et un 3ème album en préparation

Kamina sort en 2018 et 2019 deux nouveaux singles “Eul’vraie France” et “J’avais envie de le dire” et monte à la même période un One Man Show, où il peut explorer une autre de ses passions : l’humour. Un spectacle intitulé “Il faut que je vous explique” dans lequel il parle avec dérision de son parcours et de son histoire. On peut aussi le voir depuis 2017 à la télévision sur France 3 Hauts-de-France dans l’émission “Les Gens des Haut” où il rend hommage au patrimoine du nord du pays.

On apprenait aussi en mai dernier, via sa page Facebook, que le chanteur a bientôt terminé l’enregistrement de son troisième album, quatre ans après l’avoir annoncé. Des nouveaux titres entièrement financés par les fans grâce au crowdfunding. A 40 ans, le chanteur/présentateur et humoriste n’a pas fini de faire parler de lui.

 

 

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 + 2 =