Babylon A.D. sur CStar : retour sur le violent clash entre Vin Diesel et Mathieu Kassovitz – Actus Ciné


Diffusé ce soir sur CStar, “Babylon A.D.” a été une expérience douloureuse pour Mathieu Kassovitz qui, en plus de conditions de tournage difficiles, a dû surmonter de vives tensions avec son acteur principal, Vin Diesel.

Après le succès des Rivières Pourpres en 2000, Mathieu Kassovitz traverse l’Atlantique et tente sa chance à Hollywood avec le thriller Gothika en 2004. Un film qui va lui permettre de lancer son ambitieux projet suivant : Babylon A.D., d’après le livre d’anticipation Babylon Babies de Maurice G. Dantec. Ce long-métrage de science-fiction suit un mercenaire à qui l’on confie la mission de convoyer de Russie jusqu’à New York une mystérieuse jeune femme pour la remettre aux mains d’un ordre religieux tout puissant.

Babylon A.D. est un projet qui tient particulièrement à cœur à Kassovitz. Il s’y consacre pendant plusieurs années et réunit un casting international composé de Mélanie Thierry, Michelle Yeoh, Lambert Wilson, Charlotte Rampling, Mark StrongGérard Depardieu et enfin Vin Diesel dans le rôle principal. Mais la relation entre ce dernier et le réalisateur, à l’instar du tournage, tourne au vinaigre. En effet, comme relaté dans le making-of Fucking Kassovitz, la production du film se transforme en véritable cauchemar. Considéré comme un échec commercial et artistique, Babylon A.D. reste un mauvais souvenir pour Mathieu Kassovitz qui, plus de dix ans après les faits, n’a pas enterré la hache de guerre avec Diesel.

StudioCanal

L’acteur n’est d’ailleurs pas le premier choix de Kassovitz, qui se voit imposer sa présence par la Fox qui produit le film. D’emblée, leur relation ne débute pas sous les meilleurs auspices. Une fois sur le plateau, le réalisateur reproche au comédien un comportement de diva : Vin Diesel, effrayé par les risques encourus, aurait refusé de tourner une scène d’explosion le premier jour, et serait arrivé régulièrement en retard sur le plateau. « Imbécile, trouillard, lâche et veule », le metteur en scène ne mâche pas ses mots dans Fucking Kassovitz quand il s’agit de décrire son comédien.

Les Rivières pourpres sur France 3 : le dernier film de Vincent Cassel et Mathieu Kassovitz avant le clash

Des propos confirmés par le boxeur Jérôme Le Banner, qui incarne Killa dans Babylon A.D., dont il garde le souvenir d’une « ambiance de merde » : « J’avais une scène avec Vin Diesel et il ne voulait pas s’entraîner. Après plusieurs jours à l’attendre à la salle de sport, je décide d’aller le voir dans sa loge et je lui gueule dessus. Le lendemain matin, le mec vient et ça se passe super bien. Sur ça, je me pète le genou et le tournage est arrêté. Quand je reviens sur le plateau à Bratislava, le mec refuse de tourner la fin de la scène. Ni une, ni deux, je repars dans sa caravane et je le secoue […]. Il est minuit quand je pars de sa loge et là Robert, la doublure crâne de Vin Diesel, m’appelle. Il me dit « Vince est ok, tu peux revenir ». On a retourné la scène en à peine 3 heures. »* Vin Diesel ne se montre en effet pas très coopératif et cherche à imposer ses idées, au point de monter une partie de l’équipe contre Kassovitz et de faire réaliser certaines séquences par ses assistants. Grâce au soutien de certains membres de l’équipe, dont Mélanie Thierry, Mathieu Kassovitz parvient à récupérer les commandes de son film, même s’il l’achève dans des conditions difficiles.

StudioCanal

Pourtant, le chorégraphe de combat Alain Figlarz donne une autre version des faits, ajoutant une nouvelle perspective à cette ombrageuse relation : « [Vin Diesel] est venu à Prague dix jours avant le début de la prépa pour bosser les combats avec nous. Rien ne l’obligeait à faire ça. Rien ! Il était censé arriver trois semaines plus tard. […] Bref, le type est super, sauf qu’un jour il se pointe avec trois heures de retard à une répétition. Bon, ça va, on va pas se formaliser non plus, vu que logiquement il n’était pas censé être là. Sauf que Kasso lui jette une caméra dans la tronche et lui dit d’aller se faire mettre. Donc ça a dégénéré. Là, Diesel retourne fissa à L.A et ses avocats annoncent direct qu’il respectera désormais scrupuleusement son contrat […] en gros ça veut dire : tu m’as gonflé, je vais faire le minimum d’effort possible ». Il ajoute : « Donc ça devient un enfer. Tu peux pas bosser. Moi je ne me suis pas pris la tête. Ni avec Vin ni avec Kasso, mais le problème c’est qu’on ne pouvait rien tourner. C’est la compagnie d’assurance qui a repris le film en main à la fin. On avait explosé les délais »**.

Une chose est sûre : les années n’ont pas calmé Mathieu Kassovitz qui, en 2015, disait : « Je ne suis pas homophobe, mais je peux te dire que Vin Diesel, c’est un petit pédé (sic). Si tu as un problème avec lui, tu peux aller le provoquer, tu ne risques rien, le mec n’est capable de rien. Vin Diesel regarde ses films et se trouve extrêmement bon tireur d’élite, extrêmement bon parachutiste, et il y croit »***. Lorsque Vin Diesel se clashe en 2016 avec Dwayne Johnson, son partenaire de jeu dans la série des Fast & Furious, Kassovitz n’est pas loin pour donner le coup de grâce et tweete : « J’étais sûr qu’ils allaient clash. @TheRock est un mec droit. #vindiesel est une merde 🙂 ».

*Extrait d’une interview accordée à StreetPress le 07/09/2015.
**Extrait d’une interview accordée au magazine UGC Illimité.
***Extrait d’une interview accordée à So Film le 21/01/2015.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 6 = 11