Augustin Lesage : depuis les tréfonds, vers l’au-delà


« Je travaillais, couché dans un petit boyau de 50 centimètres donnant sur une galerie éloignée du mouvement de la mine. Dans le silence, il n’y avait pour moi que le bruit de ma pioche. Quand tout à coup j’entends une voix, une voix très nette, dire : “Un jour tu seras peintre.” […] Personne n’était là. J’étais bien seul. » Ainsi Augustin Lesage fait-il le récit de sa soudaine vocation. Il a 35 ans, gagne sa vie comme mineur de fond, à l’instar de son paternel, dans le Pas-de-Calais, quand, en 1911, il entend au fond de la mine les premières voix qui lui suggèrent de changer de destin. « N’aie crainte, nous sommes près de toi, un jour tu seras peintre et tes œuvres seront soumises à la science », lui auraient suggéré les inconnu(e)s.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 + 1 =