Au Hearst Castle, où le kitsch est roi


Charlie Chaplin, Buster Keaton, Greta Garbo ou encore Winston Churchill ont arpenté ses couloirs une coupe de champagne à la main. Son heureux propriétaire a inspiré à Orson Welles le personnage principal de son film culte, Citizen Kane. Aujourd’hui, ses illustres convives ont laissé place aux touristes. Preuve que le Hearst Castle et son atmosphère au parfum d’âge d’or hollywoodien fascinent toujours autant !

Ce qu’il faut savoir

Le magnat américain de la presse William Randolph Hearst, aspirant politicien, aura marqué le XXe siècle par deux fois. D’abord en inventant le « journalisme jaune », une presse sensationnaliste fondée sur des titres trompeurs voire des fake news. Puis en édifiant sa demeure, le Hearst Castle, une folie architecturale kitsch à souhait.

Pour épater sa maîtresse, l’actrice Marion Davies, il demande à Julia Morgan (la première femme architecte en Californie !) de construire un château entre San Francisco et Los Angeles. De 1919 à 1947, elle concrétise les fantaisies les plus étonnantes de son commanditaire, grand amateur d’antiquités et d’art européen. À commencer par la façade de la résidence principale, flanquée de deux clochers, inspirée de l’église andalouse Santa María la Mayor de Ronda. Mais ce sont ses somptueuses piscines qui remportent cette surenchère de grandiose. À l’extérieur, le bassin de Neptune, long de 32 mètres, est bordé de colonnades, de statues de néréides et d’un temple dédié au dieu de la mer. À l’intérieur, une luxueuse piscine imitant des bains romains est quant à elle ornée de millions de mosaïques de verre de Murano.

Hearst Castle, la Casa Grande

i

© Christian Heeb / hemis.fr

Hearst Castle, le bassin de Neptune

i

© Dorling Kindersley ltd / Alamy / Hemis

La salle à manger du Hearst Castle

i

© Cavan Images / Alamy / Hemis

La grande piscine spa du Hearst Castle

i

© Joanna Kalafatis / Alamy / Hemis

Où le voir ?

La Cuesta Encantada — c’est ainsi que Hearst appelait la colline accueillant son château –, se situe à San Simeon dans le comté de San Luis Obispo, sur la côte californienne. Lorsque vous aurez fait le tour de ses 165 pièces et 6300 m2, vous trouverez peut-être le courage de flâner dans son parc de 51 hectares, qui abritait autrefois le plus grand zoo privé du monde.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


3 + 6 =