Assainissement non collectif : définition et fonctionnement, que retenir ?

Encore connu sous le nom d’assainissement individuel, l’assainissement non collectif concerne des millions d’habitations de par le monde. Plus de 5 millions de foyers sont en effet touchés en France avec de réels risques sur la santé publique. Pourtant, ce défi aurait pu être relevé si la grande masse de la population était informée de l’enjeu sanitaire qui se joue. Pour vous aider donc à mieux maîtriser le contour de ce phénomène, découvrez dans cet article l’essentiel des informations à retenir sur l’assainissement non collectif.

L’assainissement non collectif, qu’est-ce que c’est ?

L’assainissement non collectif (ANC) représente l’ensemble des systèmes d’assainissement qui participent à la collecte et au rejet des eaux usées des logements et immeubles.

Autrement dit, il s’agit de dispositifs mis en place pour contraindre les propriétaires de logements ne respectant pas les normes sanitaires à prendre leurs responsabilités.

Dans la réalité des faits, ce dispositif s’applique aux immeubles ne bénéficiant pas d’un système de raccordement au réseau d’évacuation public.

Comme vous l’aurez compris, l’assainissement non collectif est un système de lutte contre la prolifération des eaux usées, véritables réceptacles :

  • Des germes pathogènes ;
  • Des suspensions microbiennes ;
  • Des matières organiques et azotées ;
  • Etc.

En claire, l’objectif de l’ANC, c’est d’œuvrer à la prévention des risques liés au non-traitement des eaux usées. Un petit détour sur le site https://www.dhedebouchageplombier.fr/canalisation-qui-refoule, et vous aurez accès à une panoplie d’informations utiles sur le sujet.

Quel est le mode de fonctionnement d’un assainissement non collectif ?

Avant d’aborder le principe de fonctionnement de l’assainissement non collectif, rappelons à toutes fins utiles que des études préalables sont obligatoires avant l’implantation du dispositif. Cela s’explique notamment par la complexité de certains terrains qui nécessitent la prise de mesures exceptionnelles afin de faciliter les travaux d’évacuation.  

Dans la pratique, il s’agit d’évaluer d’abord le terrain, sa surface, la nature du sol, ainsi que les installations sanitaires dont dispose le logement en question.  

Une fois ces différentes données maîtrisées, les dispositions idoines sont prises, et le contrat signé. Le démarrage effectif des travaux est ainsi enclenché avec à la clé l’évacuation des eaux usées de l’immeuble en étude.

 Retenons pour finir, qu’ici le système d’assainissement non collectif se chargera principalement :

  • De collecter les eaux usées ;
  • De procéder à leur prétraitement dans des fosses conçues à cet effet pour décanter les matières en suspension de celles qui flottent ;
  • D’œuvrer au traitement de ces eaux par dégradation biochimique ;
  • Etc.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


87 + = 94