Alias sur AB1 : (re)découvrez l’intégrale de la série d’espionnage culte de J.J. Abrams – News Séries


Action, mystère et moults rebondissements sont au programme de cette série d’espionnage de J.J. Abrams, avec Jennifer Garner en tête d’affiche. AB1 propose de se replonger ou découvrir l’intégrale d’Alias, en quotidienne, à partir du lundi 24 août.

Touchstone / ABC

Avant de s’attaquer à des franchises cinématographique telles que Mission : impossibleStar Trek et Star WarsJ.J. Abrams nous a offert quelques petits bijoux à la télévision, comme Alias. Bonne nouvelle pour les fans, l’intégrale de cette série culte avec Jennifer Garner sera diffusée en version HD sur AB1 à compter du 24 août. Rendez-vous du lundi au vendredi à 17h25 pour suivre les aventures mouvementées de Sydney Bristow.

Une double vie palpitante

Alias, c’est que le quotidien d’une étudiante en apparence ordinaire, Sydney Bristow, qui mène en parallèle une double vie, en tant qu’espionne pour une branche secrète de la CIA, appelée SD-6. Le jour où son patron fait assassiner son fiancé, parce qu’elle lui a révélé son activité secrète, la jeune femme comprend qu’elle travaille pour l’ennemi qu’elle croyait combattre. Elle devient aussitôt agent double pour la vraie CIA, dans l’espoir de démanteler l’organisation criminelle aux obscurs desseins.

 

Une mythologie complexe

Au fil des saisons, Alias développe une mythologie complexe, teintée de surnaturel, liée aux travaux de Milo Rambaldi, un savant italien du 15ème siècle, à l’origine de nombreuses inventions. Pour réunir les artefacts conçus par ce visionnaire, Sydney, amenée à voyager aux quatre coins du monde, se métamorphose complètement pour les besoins de ses missions. La série se réinvente régulièrement à l’aide de rebondissements qui permettent de revoir les enjeux. Plusieurs des cliffhangers d’Alias demeurent d’ailleurs parmi les plus marquants du petit écran.

Une affaire de famille

La série n’a de cesse d’alterner entre des scènes du quotidien, montrant l’héroïne partager de précieux moments avec ses amis, et des missions au rythme survolté. Et l’espionnage, chez les Bristow, c’est une affaire de famille, puisque les propres parents de la jeune femme se révèleront mêlés aux services secrets. Pas toujours du même bord. De quoi générer bon nombre de tensions et de drames qui mettront les nerfs de la jeune femme à rude épreuve.

 

Une héroïne d’action touchante

Outre ses nombreux déguisements (et son impressionnante collection de perruques), Sydney Bristow manie les armes comme personne et excelle dans le combat rapproché. Femme forte, l’agent double de la CIA ne recule devant rien pour terrasser ses ennemis. Cet aspect-là est régulièrement contre-balancé avec une forte charge émotionnelle relâchée dans l’intimité, notre héroïne étant rongée entre les mensonges de sa double vie, les secrets de ses parents et ses sentiments grandissants non autorisés pour son contact à la CIA, Michael Vaughn, incarné par Michael Vartan. Ces performances permettront à son interprète, Jennifer Garner, de remporter en 2002 le Golden Globe de la Meilleure actrice dans une série dramatique.

Amoureux sur le petit écran comme à la ville ! Ces couples formés sur un tournage…

Un casting réjouissant

Dans le sillage de Jennifer Garner, Alias c’est aussi Victor Garber, le père, Ron Rifkin, le boss flippant, Michael Vartan, le contact à la CIA, Bradley Cooper et Merrin Dungey, les meilleurs amis, Carl Lumbly, le co-équipier intègre, et Kevin Weisman, l’expert maladroit. Gravitent dans ce monde-là des personnages interprétés par Greg Grunberg, Lena Olin, David Anders, Melissa George, Rachel Nichols et Balthazar Getty, qui rejoignent peu à peu l’aventure. Parmi les guests, vous pourrez reconnaître Quentin Tarantino, Roger Moore, Rutger Hauer, Angela Bassett, Ethan HawkeIsabella Rossellini ou encore Faye Dunaway. Excusez du peu.

Touchstone / ABC
Jennifer Garner aux côtés de Michael Vartan, puis Bradley Cooper.

Une série sous pression…

Lancée en octobre 2001 sur le network américain ABC, Alias a connu des hauts et des bas. Les audiences ne décollant jamais vraiment, les responsables de la chaîne n’ont cessé de faire pression sur Abrams, la série n’étant à leurs yeux pas suffisamment accessible pour le grand public. D’où la mise en place de certains rebondissements pour réorienter l’intrigue à mi-parcours et l’abandon des cliffhangers de fin d’épisodes, qui ne facilitaient pas la pratique de la chaîne de mélanger les inédits et les rediffusions. Ou encore l’abandon en début de saison 4 des arcs narratifs au profit d’histoires indépendantes à chaque épisode, avant de rectifier le tir en fin de cette même saison. Ces inconvénients ne doivent en aucun cas empêcher aujourd’hui les téléspectateurs de passer leur tour, au risque de manquer quelques grands moments de télévision.

Abrams / Garner, les retrouvailles !

Si un reboot d’Alias a été un temps envisagé, Jennifer Garner, trop rare sur les écrans, s’apprête à retrouver J.J. Abrams, 15 ans après l’arrêt du show qui les a propulsés au sommet. Dans un autre genre, l’ex-Sydney Bristow sera bientôt le personnage principal de My Glory Was I Had Such Friends, produite par Abrams. Cette mini-série tirée du récit d’Amy Silverstein, en développement pour AppleTV+, mettra en scène le véritable combat d’une femme pour survivre, dans l’attente d’une greffe de coeur. Le projet devrait voir le jour courant 2021.

En attendant, vous avez le temps de vous lancer dans l’intégrale d’Alias. Soit 5 saisons, 105 épisodes et de nombreux rebondissements et déguisements.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


89 + = 94