À George Town, l’art urbain étend sa toile



Située sur l’île de Penang, au nord-ouest de la Malaisie, George Town ne se contente pas d’être la deuxième plus grande métropole du pays. La richesse culturelle de son centre-ville lui a valu d’être inscrit en 2008 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les temples chinois y côtoient les mosquées et lieux de cultes bouddhistes, et les traditions indiennes et malaisiennes se mêlent à l’héritage du passé colonial anglais. La vieille ville compte même une rue arménienne ! Et ses murs recouverts de fresques en ont fait depuis une dizaine d’années une destination phare pour les amateurs de street art.

Ce qu’il faut savoir

Après l’annonce en 2008 de l’inscription de la vieille ville de George Town au patrimoine de l’UNESCO, les autorités décidèrent de commémorer l’événement. Des artistes furent ainsi invités à créer 52 sculptures murales en fer, disposées aux quatre coins de la cité. Chaque création fut assortie d’un texte lui aussi formé de lettres métalliques, et l’ensemble donne l’impression d’une gigantesque bande dessinée, racontant l’histoire de la ville !

Mais la véritable star du street art local est sans doute l’artiste lithuanien Ernest Zacharevic. C’est à lui que l’on doit les fresques les plus célèbres de George Town. Commissionnées lors d’un festival en 2012, elles incorporent des éléments extérieurs aux murs sur lesquelles elles sont imaginées, pour un résultat saisissant. Ainsi cette petite fille vêtue de bleu qui semble se balancer dans les airs en prenant appui sur deux rebords de fenêtres. Ou encore ces deux jeunes enfants comme lancés à toute allure sur une bicyclette bien réelle !

Zacharevic a fait des émules : la prolifération de l’art urbain a transformé la vieille ville en quelques années, et de nombreux sites répertorient les adresses des œuvres à ne pas manquer. Et si vous avez faim de nourritures plus terrestres, vous ne pourriez mieux tomber puisque George Town est aussi célèbre pour son street art que pour sa street food !



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 52 = 54