8 comptes Instagram pour les fous de BD


1. Le plus pressé

C’est bien connu : les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Et ce n’est pas Baptiste Szuwarski qui dira le contraire ! Créatif chez BETC le jour, celui-ci écrit sur son temps libre de courts scénarios, mis en images par des jeunes pousses de la BD. La règle est simple : pas de début, pas de fin, on est en plein milieu. En résultent des « Histoires courtes » souvent loufoques : une blague ratée qui fait une sortie de route, un régime alimentaire qui défie les lois de la gravité, un pigeon unijambiste un peu trop gourmand… Irrésistible !

Le compte @leshistoirescourtes

Le compte @leshistoirescourtes

2. Le plus sarcastique

Le point commun entre un vampire végétarien, un poète raté et un criminel névrosé ? Tous sortent tout droit de l’imagination débridée d’Adrien Yeung, jeune auteur de BD à l’humour décalé, qui chaque semaine publie sur son compte – suivi par près de 15 000 abonnés, une savoureuse petite histoire. Mais gare à ne pas se laisser tromper par ses couleurs acidulées, ici le ton est souvent grinçant, voire carrément cynique. Les touristes, les sportifs et même la cour de Versailles… tout le monde en prend pour son grade !

Le compte @adrienyeung

3. Le plus onirique

De l’interprétation des rêves… façon BD ! Raconter, chaque jour, en dessin et en bulles, un rêve, voilà l’ambition de ce jeune collectif formé sur Instagram, qui laisse une carte blanche quotidienne à de jeunes dessinateurs. Une petite bibliothèque virtuelle d’histoires sans queue ni tête, que n’auraient sans doute pas boudé les surréalistes… Cette aventure subconsciente et digitale devrait se poursuivre avec la publication d’un livre début 2021.

Le compte @collectifdereve

Le compte @collectifdereve

4. Le plus névrosé

« De l’inconvénient d’être nez » : les amateurs de la déprime et du sarcasme auront sans doute reconnu ici le jeu de mots autour du recueil de syllogismes du génial Emil Cioran, également auteur des réjouissants Sur les cimes du désespoir ou encore Fenêtre sur le rien. Sur son compte, Caroline Suchard nous conte le quotidien désespérément banal d’une ado de 13 ans, fille de prof un brin névrosée (et au nez démesuré). Des mini tranches de vie faussement naïves et des personnages irrésistiblement attachants.

Le compte @caroline_suchard

Le compte @caroline_suchard

5. Le plus parisien

Ah Paris, ses monuments centenaires, ses petits bistrots typiques et puis… les Parisiens ! Fine observatrice de son époque et de son environnement, « exploratrice de la vie urbaine et de ses périphéries », comme elle se décrit elle-même, Robabee Moinfar croque sans concession les habitants de la capitale et leurs petits défauts. En résulte une galerie de portraits branchés où se croisent le hipster à bonnet, la Parisienne clope au bec et le dragueur un peu lourdingue. De savoureuses « brèves de terrasses » qu’il nous tarde, il faut le dire, de retrouver aussi dans la « vraie vie » !

Le compte @robabee_illustrations

Le compte @robabee_illustrations

6. Le plus anachronique

Il s’est fait connaître sur la Toile avec ses détournements jubilatoires de planches de Tintin et autres Blake et Mortimer (non sans faire bouillir quelques ayant-droits). Cinq ans plus tard, le compte @unfauxgraphiste, suivi par plus de 50 000 abonnés, poursuit son œuvre en donnant la parole à de vieilles gravures et photographies anciennes et imagine des scènes délicieusement absurdes : soldes à l’orphelinat, une soirée qui tourne mal au Vatican, la fête du premier « mais »… Anachronique à souhait et joyeusement impertinent.

Le compte @unfauxgraphiste

Le compte @unfauxgraphiste

7. Le plus intime

Ne pas se fier aux apparences. En à peine quelques traits et deux aplats de couleur (du jaune et du rouge), le compte Dystique lève le voile sur des tabous. Avec son esthétique minimaliste et graphique il met des mots sur la dépression, les doutes et les complexes… Sans chichi et bienveillant, le compte Dystique est un safe space inspiré où sont décortiqués et surtout dédramatisés des sentiments qui habitent chacun de nous.

Le compte @dystique

8. Le plus politique

Derrière ce compte se cache Marc Dubuisson, « dessinateur du dimanche » auteur de plusieurs bandes dessinées, qui officie également pour le média belge 7 sur 7 et l’hebdomadaire des Échos. Pas étonnant donc, qu’il soit ici question d’actualité… brûlante ! Sous le crayon de « unpied », son pseudonyme sur instagram, mauvaises nouvelles et petits tracas se transforment en petites saynètes bourrées d’humour. Avec lui, tout est prétexte à rire. Une légèreté qui fait du bien !

Le compte @unpied

Image publiée sur le compte @collectifdereve





Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


28 + = 32