8 cités d’artistes mythiques à dénicher à Paris


1. La plus légendaire : Le Bateau-Lavoir

C’est dans cette ancienne fabrique de pianos biscornue de la butte Montmartre, transformée en un ensemble de 10 ateliers par son propriétaire en 1889, que Pablo Picasso (qui s’y installe de 1904 à 1909) a peint les tableaux de sa période rose et sa première toile cubiste, Les Demoiselles d’Avignon (1907) ! Malgré sa simplicité, ce bâtiment de briques et de bois, qui accueille aussi Kees van Dongen, Juan Gris, Constantin Brâncuși, Amedeo Modigliani et Max Jacob, rend heureux l’artiste espagnol, enfin sorti de la misère glacée des mansardes de sa période bleue. Détruit par un violent incendie en 1970, puis reconstruit, le lieu comporte aujourd’hui 25 ateliers vitrés où flotte le souvenir mémorable du banquet qu’y organisa le cubiste en l’honneur du Douanier Rousseau en 1908 !

Les ateliers du Bateau Lavoir, rue D’Orchampt

Les ateliers du Bateau Lavoir, rue D’Orchampt

i

Se visite sur réservation.

2. La plus bourdonnante : La Ruche

Marc Chagall, Fernand Léger, Chaïm Soutine, Ossip Zadkine, Amedeo Modigliani, Constantin Brâncuși… Des essaims de grands noms ont butiné leur inspiration dans son jardin secret semé de sculptures et d’arbres centenaires. Dissimulée derrière une grille ornée de lierre, cette cité fut fondée en 1902 par le sculpteur académique Alfred Boucher sur un terrain vague à partir d’éléments récupérés de l’Exposition universelle de 1900, dont un pavillon octogonal doté d’une structure métallique de Gustave Eiffel. Sa mission ? Aider les artistes persécutés (dont, dans un premier temps, beaucoup de juifs de l’est fuyant les pogroms) ou en difficulté financière. Elle en accueille aujourd’hui 35 venus de nombreux pays, et bientôt 15 de plus après un chantier de rénovation qui devrait s’achever en 2022.

La cité d’artistes la Ruche dans le 15<sup>e</sup> arrondisement de Paris

La cité d’artistes la Ruche dans le 15e arrondisement de Paris

i

Arrow

Fondation La Ruche – Cité d’artistes

3. La plus montmartroise : la Cité des fusains

Bâtiments à colombages, lierre, pavés, toits de zinc et verrières composent ce charmant village de la butte Montmartre où, au détour de petites allées sinueuses et arborées se cachent des sculptures et un vieux puits du XVIIIe siècle. C’est dans cet ensemble d’ateliers, construits en 1900 sur une parcelle désaffectée du cimetière Montmartre avec des éléments de l’Exposition universelle de 1889 (puis agrandi dans les années 1920), qu’ont travaillé André Derain, Pierre Bonnard, Jean Arp et Sophie Taeuber, Max Ernst, Joan Miró, Paul Eluard et René Magritte. Le lieu reste fermé au public… à moins de s’offrir un séjour dans l’ancienne maison-atelier de Miró, disponible sur Airbnb. Un rêve à portée de clic !

Vue de la cour intérieure de la Cité les Fusains et façade rue Tourlaque

Vue de la cour intérieure de la Cité les Fusains et façade rue Tourlaque

i

À gauche : © Bertrand Rieger / Hemis

4. La plus moderniste : la Villa Seurat

Bâties entre 1924 et 1926, les 20 maisons-ateliers qui bordent cette petite allée du 14e arrondissement, où ont habité notamment Chaïm Soutine, André Derain, Salvador Dalí, Jean Lurçat, Marcel Gromaire, Robert Couturier et l’écrivain Henry Miller, constituent un petit musée d’architecture moderniste à ciel ouvert : huit d’entre elles sont signées André Lurçat, qui avait pris cette initiative pour permettre aux artistes qui n’en avaient pas les moyens de séjourner non loin du quartier de Montparnasse et de ses adresses mythiques. Une autre, celle où a vécu la sculptrice Chana Orloff de 1926 à 1968, est l’œuvre d’Auguste Perret, artisan de la reconstruction du Havre !

Intérieur de l’atelier de Chana Orloff et vue de la Villa Seurat

Intérieur de l’atelier de Chana Orloff et vue de la Villa Seurat

i

© Stéphane Brioland / Courtesy Atelier Chana Orloff / © Adagp, Paris 2019 / © Collection Artedia / Bridgeman Images

Arrow

Villa Seurat – Atelier Chana Orloff

L’allée se visite librement. L’atelier-musée Chana Orloff se visite sur rendez-vous.

5. La plus bucolique : la Cité fleurie

La campagne s’invite en plein 13e arrondissement ! Dans cet écrin de verdure se nichent, reliés par des allées de graviers, 29 chalets-ateliers blancs à colombages construits entre 1878 et 1888 avec des matériaux récupérés de l’Exposition universelle de 1878, où ont séjourné entre autres Paul Gauguin, Amedeo Modigliani, Henri Laurens, Auguste Rodin, Antoine Bourdelle, Aristide Maillol et Eugène Grasset. Entre 1934 et 1939, cette cité a même abrité une bibliothèque de livres proscrits par l’Allemagne nazie, fondée par des écrivains allemands antihitlériens. Un refuge idéal !

La Cité Fleurie, ancien lieu de séjour des peintres Paul Gaugin où encore Auguste Rodin

La Cité Fleurie, ancien lieu de séjour des peintres Paul Gaugin où encore Auguste Rodin

i

© Boisvieux Christophe / hemis.fr

Se visite le 2e week-end de juin lors de journées portes ouvertes.

6. La plus cosmopolite : la Cité internationale des arts

Perché sur la butte Montmartre, ce havre de paix est le plus historique des deux sites de la Cité internationale des arts. C’est là, sur ce terrain, qu’Auguste Renoir a peint son célèbre Bal du Moulin de la Galette (1876) ! Avant le déplacement de la célèbre guinguette puis de son moulin en 1924, les peintres Vincent Van Gogh, Henri de Toulouse Lautrec et Pablo Picasso ont eux aussi planté leur chevalet dans ce petit parc boisé qui renferme désormais de charmantes maisons blanches où, depuis 1965, une trentaine d’artistes venus du monde entier – peintres, danseurs, musiciens… – effectuent des résidences dans des logements-ateliers aux loyers imbattables. Le lieu – en particulier la superbe Villa Radet qui s’avance sur la place Dalida – se visite à l’occasion d’événements ou d’expositions temporaires. Ouvrez l’œil !

La Cité internationale des arts, Montmartre

La Cité internationale des arts, Montmartre

i

Arrow

Cité internationale des arts – Montmartre

Fermé au public sauf un bâtiment consacré aux expositions : la Villa Radet.

7. La plus élégante : la Villa des arts

Construite en 1888 sur un terrain détaché du cimetière de Montmartre par l’architecte Henri Cambon, cette cité, qui a servi de décor au film Les Clowns de Federico Fellini (1970), a été totalement réhabilitée entre 2009 et 2013. Percés pour certains de grandes verrières, ses immeubles blancs rassemblés autour de cours et de jardins comptent 47 ateliers d’artistes où ont vécu Eugène Carrière, Paul Cézanne, Paul Signac, Raoul Dufy et Francis Picabia, mais aussi Nicolas Schöffer, père de l’art cybernétique mort en 1992. Sa pièce maîtresse reste son double escalier principal en fer forgé, sans doute récupéré dans un pavillon de l’Exposition universelle de 1900. Une entrée majestueuse !

Prochaine visite le 28 juin à 16h.

8. La plus monumentale : la cité Montmartre-aux-artistes

Construits en 1932 par l’architecte Adolphe Thiers, ces 177 ateliers-logements installés dans un ensemble d’immeubles sur un terrain de 5500m² constituent la plus vaste cité d’artistes d’Europe ! De nombreux peintres, sculpteurs, chefs d’orchestre, comédiens et réalisateurs, dont le cinéaste Romain Goupil, vivent ou ont séjourné dans ce phalanstère conçu pour permettre aux esprits créatifs de rester à Montmartre malgré l’augmentation des loyers du quartier. Géré par la Ville, le lieu se démarque par son hall orné de mosaïques, de vitraux et de ferronneries et son immense façade à arcades en briques ocres de style Art déco, qui apparaît dans le film préféré d’Agnès Varda : Le Ballon rouge d’Albert Lamorisse (1956)!

Détail de la façade de la Cité Montmartre-aux-artistes

Détail de la façade de la Cité Montmartre-aux-artistes

i

Arrow

Cité Montmartre-aux-artistes

Se visite lors des portes ouvertes en octobre, ou à l’occasion d’expositions.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


76 + = 81