62 morts en 24 heures, 7096 malades hospitalisés


LE POINT SUR LA SITUATION – Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : Le Figaro fait le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19.

La Cour des comptes veut serrer la vis dans le domaine de la Santé, une enquête pointe le «lourd tribut» des associations, le Maroc lance sa campagne pour la 3e dose de vaccin… Le Figaro fait le point ce mardi 5 octobre sur les dernières informations liées à la pandémie de Covid-19.

62 morts en 24 heures, 7096 malades hospitalisés

L’épidémie continue sa décrue en France, où 62 personnes sont mortes du Covid-19 ce mardi, selon Santé publique France. 7096 malades sont actuellement hospitalisés, dont 290 arrivés ces dernières 24 heures. Ils étaient 7299 lundi. 1279 patients sont traités en soins critiques, dont 75 depuis la veille. 5558 nouveaux cas ont été détectés.

Johnson & Johnson demande l’autorisation pour une dose de rappel de son vaccin

Le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson a annoncé mardi avoir soumis des données à l’Agence américaine des médicaments (FDA) en vue d’obtenir l’autorisation pour une injection de rappel chez les adultes de son vaccin unidose contre le Covid-19. Ces données incluent les résultats d’une étude clinique selon laquelle une deuxième dose injectée environ deux mois (56 jours) après la première montre une efficacité de 94% contre les cas symptomatiques (modérés à graves) aux Etats-Unis, et de 100% contre les cas graves 14 jours après cette seconde injection, a rappelé l’entreprise dans un communiqué.

Après le Covid, la Cour des comptes veut serrer la vis sur la santé

La crise sanitaire du Covid-19 a replongé la Sécurité sociale dans un déficit sans issue, à moins «d’engager des actions résolues» pour limiter «significativement» les dépenses de retraites mais aussi de santé, estime la Cour des comptes dans un rapport publié mardi.

Après les pertes abyssales enregistrées en 2020 et 2021, la «Sécu» va un peu se rétablir, mais reste confrontée à «la perspective de déficits permanents dépassant 10 milliards d’euros à partir de 2024», selon la Cour des comptes. Une situation due au Covid-19 et ses conséquences: d’un côté, «une perte définitive de recettes», à hauteur de 8 milliards d’euros par an; de l’autre le «Ségur de la santé» et ses 10 milliards de «revalorisations salariales à caractère pérenne». La dérive est telle que la colossale reprise de dette votée l’an dernier «ne suffirait pas à couvrir le déficit 2023» comme prévu.

À moins d’un nouveau report du remboursement du «trou de la Sécu» au-delà de 2033, «des choix devront être faits», prévient la Cour, qui penche sans surprise pour «un effort de redressement axé sur les dépenses», en particulier «dans les domaines de l’assurance-maladie et des retraites».

Une enquête pointe le «lourd tribut » des associations

Des associations à l’arrêt ou quasiment: une enquête rendue publique mardi pointe le «lourd tribut» acquitté par le monde associatif en raison de la crise sanitaire. La 19e édition de cette enquête annuelle menée par le réseau d’experts et d’universitaires Recherches et Solidarités a été close au 30 avril 2021 et relate «les effets du Covid-19» sur le monde associatif (1,5 million d’associations, 12,5 millions de bénévoles).

«Au printemps 2021, environ 60% des associations n’avaient encore qu’une très faible activité. Les associations du secteur sanitaire et social, particulièrement concerné et mobilisé à l’occasion de cette crise, affichent une proportion limitée à 40% d’associations pratiquement à l’arrêt, quand celles des secteurs des loisirs, du sport et de la culture culminent à 80%», constatent d’emblée les auteurs. «Bien souvent en première ligne, les associations payent aujourd’hui un lourd tribut en cette sortie de crise qui ne signifie pas la reprise pour tout le monde. Fragilisées, certaines ne rouvriront pas leurs portes ou fonctionneront longtemps au ralenti», écrit Roger Sue, à la tête du comité d’experts de Recherches et Solidarités.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Covid-19: l’épidémie peut-elle repartir en France ?

Prison avec sursis pour un organisateur de fêtes clandestines

Un organisateur de fêtes illégales en région parisienne, dont l’une avait eu pour décor un tunnel désaffecté à Paris pendant un confinement, a été condamné mardi à Bobigny à un an de prison avec sursis. Le jeune homme de 28 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny pour «mise en danger de la vie d’autrui» lors de deux fêtes illégales. Il devra également régler 2700 euros de contraventions pour diverses infractions relatives à l’organisation de ces soirées sans autorisation.

L’une s’était déroulée dans un hangar vétuste à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), où environ un millier de personnes étaient réunies fin septembre 2020, au mépris des règles de sécurité. L’autre avait eu lieu pendant le deuxième confinement, dans la nuit du 21 au 22 novembre 2020: environ 600 fêtards avaient dansé dans un tunnel ferroviaire abandonné à Paris. Le tribunal l’a, en revanche, relaxé pour les vingt autres soirées pour lesquelles lui et son association Feel Free Records, qui prône la promotion de la musique électronique à travers des rave parties, étaient poursuivis.

L’Unicef alerte sur la santé mentale

L’épidémie de Covid-19 n’a fait qu’aggraver la santé mentale des enfants et des ados dans le monde, qui nécessite davantage d’investissements, s’alarme l’Unicef dans un rapport publié mardi. «Les conséquences de la pandémie sont considérables, et il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg. Avant même qu’elle ne survienne, bien trop d’enfants souffrant de problèmes de santé mentale n’étaient pas pris en charge», assure la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fiore, dans un communiqué. Dans son rapport, l’Unicef appelle à «investir de toute urgence dans la santé mentale des enfants et des adolescents».

» VOIR AUSSI – Emmanuel Macron: «Nous voyons les conséquences du Covid sur la santé mentale »

La Norvège va proposer un vaccin Pfizer aux personnes vaccinées avec le Janssen

La Norvège a annoncé mardi qu’elle allait proposer une deuxième dose de vaccin Pfizer/BioNTech aux personnes ayant reçu le vaccin théoriquement unidose Janssen, arguant de la nécessité de relever leur protection contre le Covid. «La raison pour cela est que la vaccination avec le Janssen semble apporter moins de protection, contre l’infection et la maladie, que chez ceux qui ont reçu deux doses de vaccins à ARN messager», a déclaré le ministre de la Santé, Bent Høie, lors d’une conférence de presse.

Seule une infime partie de la population norvégienne a reçu une injection de Janssen, les autorités du pays ayant rapidement arrêté d’utiliser le sérum du laboratoire Johnson & Johnson après des cas d’effets secondaires rares mais graves. Les quelque 4000 personnes concernées pourront ainsi demander une injection de Pfizer.

Le Maroc lance sa campagne pour la 3e dose de vaccin

Le Maroc lance cette semaine sa campagne pour une troisième dose de vaccin anti-covid, destinée aux personnes ayant reçu les deux premières doses depuis au moins six mois, au moment où le nombre des contaminations continue de décroître.

Les Marocains éligibles à la troisième injection – personnes vulnérables et travailleurs en première ligne (santé, sécurité, etc) – affluent depuis lundi dans les centres de vaccination du royaume. «Vu l’importance de renforcer l’immunité chez l’ensemble des Marocains et étrangers résidant au Maroc et afin qu’ils se protègent eux-mêmes et protègent leurs familles de la contamination, ils sont appelés à adhérer à cette opération», a exhorté le ministère de la Santé dans un communiqué.

Russie : nouveau record de morts quotidiens

La Russie a enregistré mardi un nouveau record de décès quotidiens du Covid-19, une vague épidémique portée par le variant Delta depuis l’été, la campagne vaccinale restant très laborieuse. Lors des dernières 24 heures, 895 décès causés par le nouveau coronavirus ont été recensés, selon le bilan du gouvernement. La semaine dernière, le pays avait déjà battu à quatre reprises son record de décès quotidiens.

Plus de 4,8 millions de morts

La pandémie a fait au moins 4.805.049 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 703.285 décès, suivis par le Brésil (598.152), l’Inde (449.260) et le Mexique (279.106). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

Par ailleurs, le nombre hebdomadaire des morts liées au coronavirus dans le monde a atteint son chiffre le plus bas depuis l’automne 2020, 53.245 ayant été recensées du lundi 27 septembre au dimanche 3 octobre, selon le comptage de l’AFP établi à partir de bilans officiels.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


80 + = 87