6 livres pour emporter l’art en vacances


1. L’épopée d’un commissaire-priseur en Toscane

Le Grand Art de Léa Simone Allegria, 2020. Couverture illustrée par l’oeuvre The Yellow Scale de František Kupka (vers 1907)

Le Grand Art de Léa Simone Allegria, 2020. Couverture illustrée par l’oeuvre The Yellow Scale de František Kupka (vers 1907)

i

Fascinant roman que celui-ci, qui invite ses lecteurs dans la vie d’un commissaire-priseur. Il s’appelle Paul Vivienne et a des années d’expertise derrière lui : « J’ai tout vendu. Des palais entiers, des plats, des bols en argent, des vieux machins que l’on fait briller depuis des siècles. » Un brin blasé, l’œil traînant sur son compte Instagram, il se rend tout de même en Toscane assister à l’enterrement d’un homme. Sa veuve, lui souffle une connaissance, « doit tout liquider  ». Là, bingo : il déniche un retable, une Vierge d’humilité selon Marianne, son experte et, rapidement, son amante. Fait étrange, l’œuvre suit les règles de la perspective alors qu’elle semble plus ancienne que son invention… On fait alors la connaissance de Zbikowski, un restaurateur qui vit encore chez ses parents mais sait regarder les œuvres – à la loupe. Le rythme est enlevé, les dialogues rapides, bien sentis. Cette enquête, qui cite le célèbre Da Vinci Code de Dan Brown pour mieux s’en écarter avec finesse et ironie, nous mène dans les coulisses de l’art ancien, du marché de l’art, mais aussi des faussaires et des faux-semblants. Palpitant et parfaitement documenté ! M.C.L.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5€ / mois



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


+ 27 = 33