5 incroyables théories Pixar – Actus Ciné


Un nouveau départ pour le jeune Sid de “Toy Story”, un personnage de “Monstres & Cie” dans “Vice Versa”, une révélation sur la fin de “Ratatouille”… Retour sur 5 théories de fans à propos des longs métrages Pixar.

Pixar Animation Studios

TOY STORY : LES PARENTS D’ANDY SONT EN TRAIN DE DIVORCER

Ne vous êtes-vous jamais demandé où pouvait bien se trouver le père d’Andy ? Son absence, dès le premier opus de la saga Toy Story (disponible sur Disney+), a conduit certains théoriciens du Net à imaginer qu’il avait quitté le foyer familial, voire même (selon une hypothèse encore plus sinistre) qu’il était décédé. Mais tenons-nous-en à la théorie de la séparation ou du divorce, qui permettrait d’expliquer plusieurs éléments du premier film.

Le déménagement, pour commencer, pourrait représenter la conséquence directe d’un récent bouleversement dans la famille d’Andy. Ce dernier, couvert de cadeaux le jour de son anniversaire (peut-être pour lui permettre de mieux affronter ce changement) apparaît d’ailleurs comme un enfant assez solitaire, qui trouve refuge et compagnie auprès de ses jouets favoris, et notamment auprès de Woody.

Et si ce vieux cow-boy de collection, qui a sans doute traversé plusieurs générations, lui avait été légué par son père ? Cela permettrait d’expliquer l’attachement tout particulier qu’Andy éprouve pour ce précieux jouet, qui représenterait ainsi un substitut paternel pour le jeune garçon.

 

RATATOUILLE : REMY ET ANTON EGO ONT GRANDI DANS LA MÊME MAISON

Lorsque le lugubre critique gastronomique Anton Ego goûte la ratatouille préparée par Rémy à la fin du film, on peut apercevoir l’espace d’un très court instant la maison de campagne de son enfance. Si vous observez ces quelques images un peu plus attentivement, vous pourrez constater que la maison en question (et notamment son mobilier) ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de la vieille dame chez laquelle les rats avaient élu domicile au début du film.

Il n’en fallait pas davantage aux fans pour élaborer une théorie assez réjouissante : et s’il n’y avait qu’une seule et unique maison ? Et si cette mamie était tout simplement la mère d’Anton Ego – habituée à consoler son fils avec de bons petits plats – quelques années plus tard ? Et si c’était justement lors de son séjour chez elle, en fouillant dans ses livres de cuisine, que Rémy avait appris à concocter la fameuse Ratatouille ?  

 

LE MONDE DE NEMO : MARIN S’EST INVENTÉ UN FILS

Particulièrement triste, cette célèbre théorie part du principe qu’au début du Monde de Nemo, la dévastatrice attaque du barracuda n’a laissé aucun survivant, excepté Marin. Pour parvenir à surmonter son deuil, le poisson-clown se serait donc inventé un fils. Il se serait imaginé qu’un seul petit oeuf avait survécu pour devenir Nemo, mais ce dernier n’existerait pas vraiment dans la réalité. La structure du film, et le voyage que Marin entreprend pour retrouver son “fils”, représenterait ainsi un deuil en 5 étapes.

Le déni (Marin refuse la réalité et s’invente un fils), la colère (Marin surprotège Nemo et n’hésite pas à le réprimander lorsqu’il le pense menacé), le marchandage (Marin rencontre Dory et entame une phase de négociations intérieures), la dépression (Marin voit Nemo disparaître une nouvelle fois dans le lavabo du dentiste et comprend qu’il l’a perdu), et enfin l’acceptation (à la fin du film, Marin accepte enfin de laisser Nemo partir à l’aventure, et donc symboliquement de faire son deuil).

Ajoutons à cela qu’en latin, “nemo” peut être traduit par le mot “personne”, et que le titre original du film, “Finding Nemo”, pourrait ainsi suggérer que Marin est parti à la recherche de… “personne”.

 

TOY STORY 3 : SID EST DEVENU SAUVEUR DE JOUETS

Beaucoup plus réjouissante que la précédente, cette théorie nous propose d’imaginer ce qu’a pu devenir Sid, le jeune tortionnaire de jouets qui avait pris en otage Woody et Buzz dans le premier Toy Story. Un petit easter egg glissé par les artistes Pixar au début du troisième volet nous permet d’ores et déjà d’apprendre qu’il est devenu éboueur.

Mais les théoriciens du Net ont décidé d’aller un peu plus loin. Ils ont ainsi imaginé que Sid, traumatisé dans son enfance par la petite leçon que lui avait donnée Woody à la fin de Toy Story, avait décidé de changer radicalement de comportement, et d’appliquer à la lettre les dernières paroles du cow-boy : “Nous n’aimons pas être pulvérisés, Sid. Ou écrabouillés, ou écartelés. A partir de maintenant, tu devras prendre soin de tes jouets. Parce que sinon, nous le saurons, Sid. Nous, les jouets, nous voyons tout. Alors pas de violence.”

En tant qu’agent de propreté, Sid profiterait donc désormais de ses tournées dans le quartier pour recueillir tous les vieux jouets jetés à la poubelle par leurs propriétaires, et pour leur offrir une seconde vie. Une belle histoire de rédemption pour cet ancien bourreau de figurines ! 

 

VICE VERSA : BING BONG VIENT DE MONSTROPOLIS

Et si Bing Bong – cette espèce de croisement entre un éléphant, un chat et un clown – avait été inspiré à la jeune héroïne de Vice Versa par un véritable “monstre” ? En effet, souvenez-vous qu’à la fin de Monstres & Cie, après avoir découvert que le rire des enfants était beaucoup plus puissant que leurs cris, les dirigeants de la célèbre compagnie avaient décidé de se reconvertir et de faire appel à des “farceurs” plutôt qu’à des “terreurs”.

Etant donné son apparence pour le moins comique, Bing Bong pourrait donc très bien avoir été le “monstre” attribué à la petite Riley, et chargé de l’amuser pour récolter ses éclats de rire. En grandissant, et voyant les visites de son compagnon de jeu se raréfier, la petite fille se serait ainsi inspiré de lui pour se créer un ami imaginaire : celui que l’on peut voir dans Vice Versa.

 



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


1 + 5 =