5 fabuleux concerts au musée à voir en streaming



1. Chassol réveille le musée d’Orsay

Voilà bientôt deux mois que la majestueuse nef du musée d’Orsay n’a pas vu un visiteur. Qui mieux que Chassol pour la réveiller ? Le musicien a installé son piano au milieu des marbres endormis et présente « Ultrabirdz », une création originale mêlant des titres issus de son premier album « Big Sun » et des morceaux inédits, imaginés à l’occasion d’une session live enregistrée et diffusée sur la chaîne YouTube du musée. Une réjouissante performance de 30 minutes qui se fait l’écho de l’exposition « Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle ». Artificialis, une œuvre de Laurent Grasso créée spécialement pour cette dernière, s’invite d’ailleurs dans les images de ce concert intimiste. Le premier d’une programmation spéciale intitulée #OrsayLive, à suivre en ligne tout le mois de décembre.

Retrouvez tous les concerts de la programmation ici : https://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/regardsnumeriques/orsaylive.html

2. Thylacine règne sur Versailles

C’est un habitué des lieux ! Thylacine avait été invité, l’année passée, au château de Versailles, afin d’y enregistrer l’atmosphère sonore du lieu. Le compositeur, ancien étudiant des Beaux-Arts d’Angers, avait alors composé un titre inédit, mis en images dans une somptueuse vidéo. On le retrouve cette fois-ci pour un live enregistré au Grand Trianon (que Louis XIV fit construire en 1687). Installé sous le péristyle – une large galerie extérieure ornée de colonnes de marbre, qui permettait de passer d’une aile à l’autre du bâtiment –, le musicien offre ici un aperçu de ses meilleurs titres (parmi lesquels le fameux « Versailles »), accompagné de prises de vues éblouissantes. Royal !

3. Emel enchante la fondation Cartier

Au pied de l’impressionnante installation multimédia Twice Twilight de l’artiste Sarah Sze, qui a investi cet automne la fondation Cartier, une voix s’élève, à la fois douce et chaude. La chanteuse et musicienne tunisienne Emel, accompagnée du guitariste Karim Attoumane, entonne les chants de ses « Tunis Diaries », album né dans la solitude du confinement passé loin de ses proches, à Tunis. À son répertoire, réinterprété ici de façon sensible et intimiste, en acoustique, se mêlent des reprises de David Bowie ou de Nirvana. Pour frissonner de beauté !

4. Fkj électrise le musée d’Art moderne de Paris

En 2017, le multi-instrumentiste Fkj (pour French Kiwi Juice) offrait une performance magique au musée d’Art moderne, face à la Fée Électricité. Ambiance très cosy pour ce live, dont le son était diffusé dans un casque remis à chaque membre du public, assis en tailleur. Les images, tournées par LeSofa, permettent de s’approcher au plus près du chef-d’œuvre monumental de Raoul Dufy et subliment les sonorités groovy de Fkj, véritable pro de l’impro.

5. Acid Pauli fait vibrer la fondation Beyeler

Qui n’a jamais rêvé de se trouver seul face aux trésors (et ils sont nombreux !) de la fondation Beyeler, qui plus est en musique ? C’est dans l’institution suisse que le DJ et producteur Acid Pauli a posé ses valises. Au programme : une déambulation de près d’une heure dans les différentes salles de la fondation, portée par l’électro aérienne du musicien. Giacometti, Monet, Miró… Un trip fantastique !



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


16 + = 20