15 expos jubilatoires pour retrouver le plaisir des musées


1. Turner magicien des atmosphères

Maître absolu des atmosphères, précurseur de l’impressionnisme et chef de file du romantisme british, William Turner est célébré en majesté au musée Jacquemart-André, qui a réuni ce printemps plus de soixante de ses œuvres prêtées par la Tate. On y redécouvre, à travers un parcours chronologique, le génie du peintre dans toute sa fougue et son audace, de ses débuts de topographe aux folles expérimentations picturales des dernières années de sa vie, durant lesquelles son pinceau a flirté avec l’abstraction. Une magistrale leçon de peinture ! I. B.

William Turner, Venise, vue sur la lagune au coucher du soleil

William Turner, Venise, vue sur la lagune au coucher du soleil, 1840

i

Arrow

Turner – Peintures et aquarelles de la Tate

Du 13 mars 2020 au 11 janvier 2021
Nouveaux horaires : 11h – 19h

www.musee-jacquemart-andre.com

2. Raphaël sur toute la ligne

Peintre de génie, Raphaël est aussi à l’origine d’une importante production graphique. À l’occasion du 500e anniversaire de la mort de l’artiste, le château de Chantilly rend hommage à son trait élégant et retrace le fil de sa carrière, de ses premières esquisses dans l’atelier du Pérugin à Florence à son influence sur ses élèves. Une plongée tout en délicatesse dans l’art de ce maître de la Renaissance, peintre préféré du duc d’Aumale, dont la technique virtuose continue de fasciner. I. B.

Raphaël, Homme à demi drapé, de trois quarts vers la droite, portant un fardeau

Raphaël, Homme à demi drapé, de trois quarts vers la droite, portant un fardeau, XVIe siècle

i

Sanguine, lavis de sanguine. Papier filigrané.

Arrow

Raphaël à Chantilly. Le maître et ses élèves

Du 7 mars 2020 au 30 août 2020

www.domainedechantilly.com

3. Œuvres au noir

Noir, c’est noir ! Cet été, le Louvre-Lens offre une plongée sensorielle et envoûtante dans l’épopée du noir de l’Antiquité à nos jours. Tour à tour symbole de mort, d’infini, de sacré ou encore de sensualité… Les artistes se sont emparés de cette couleur plurielle, jouant avec ses paradoxes et ses mystères. Peinture, cinéma, sculpture, mode, arts décoratifs, installations : le parcours thématique rassemble plus de 175 œuvres ! Au pays des « gueules noires » (le surnom donné aux mineurs de fond), une expérience éblouissante. I. B.

Vassily Kandinsky, Von hier bis Dort

Vassily Kandinsky, Von hier bis Dort, 1933

i

Centre Pompidou MNAM-CCI Dist. RMN-Grand Palais – Philippe Migeat

Du 25 mars 2020 au 25 janvier 2021
Le musée du Louvre-Lens ouvre progressivement ses portes : le 3 juin, gratuitement, pour le parc et pour la Galerie du Temps ; le 10 juin pour l’exposition « Soleils noirs » dont l’accès sera aussi gratuit durant tout le mois de juin ! Elle sera prolongée jusqu’au 25 janvier 2021.

4. Au pays des drôles de monstres de Léopold Chauveau

C’est une des plus belles découvertes de l’année ! Le musée d’Orsay consacre une première rétrospective au très singulier et oublié Léopold Chauveau (1870–1940). Ce médecin discret, artiste autodidacte, enfanta au début du XXe siècle d’adorables petits monstres à mi-chemin entre les gargouilles médiévales et les Yōkai japonais. Sous forme de sculptures d’abord, on les retrouve ensuite dans de fabuleux récits pour enfants illustrés avec une fantaisie jubilatoire, mais teintée parfois d’une cruauté qui résonne avec le parcours tragique de l’artiste, confronté à la Première Guerre mondiale – il est mobilisé comme chirurgien –, puis à la mort subite de deux de ses enfants et de son épouse. Une exposition qui reste toutefois joyeuse et à hauteur d’enfants. Immanquable ! F. G.

Léopold Chauveau, Paysage monstrueux, n°55

Léopold Chauveau, Paysage monstrueux, n°55, 1921

i

Encre noire et aquarelle sur papier vélin épais Ingres • 18,7 × 26,5 cm • Paris, musée d’Orsay. Don de Marc Chauveau par l’intermédiaire de la SAMO, musée d’Orsay, 2019

Arrow

Au pays des monstres – Léopold Chauveau (1870-1940)

Du 10 mars 2020 au 13 septembre 2020
Réouverture du musée d’Orsay à compter du mardi 23 juin.
Les visiteurs doivent se munir de billets horodatés et réservés en ligne (billetterie et réservation ouvertes à partir du 8 juin).
Le port du masque (non fourni par le musée) est obligatoire pour tous les publics à partir de 11 ans.

m.musee-orsay.fr

5. Otto Freundlich, l’art pour conjurer la guerre

Autre destin poignant, autre découverte : Otto Freundlich (1878–1943). Cet Allemand qui fut brièvement locataire du Bateau-Lavoir est célébré dans une belle rétrospective au musée de Montmartre. Au gré de flamboyantes compositions kaléidoscopiques qui se déclinent en peinture, en mosaïque, sur vitrail ou même en gravure et en sculpture, on découvre une œuvre passionnante, qui synthétise à elle seule toutes les recherches formelles des avant-gardes à l’orée du XXe siècle. Et pour cause, ce pionnier de l’abstraction a fréquenté une impressionnante quantité d’artistes modernes, de Pablo Picasso à Gaston Chaissac en passant par Paul Klee et Otto Dix. Sa fin tragique en 1943 dans le camp de Sobibor rend son engagement en faveur de la paix d’autant plus émouvant. F. G.

Otto Freundlich, La Rosace II

Otto Freundlich, La Rosace II, 1941

i

Gouache sur carton • 65 × 50 cm • Coll. Musée de Pontoise, Donation Freundlich • © Musée de Pontoise

Arrow

Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction

Du 28 février 2020 au 31 janvier 2021
L’exposition rouvre ses portes le samedi 30 mai. Les nouvelles modalités de visite sont à consulter sur le site du musée.

museedemontmartre.fr

6. Les mondes en gestation de Rachel Rose

Telle une célébration de la vie et de la mort, Rachel Rose interroge nos manières d’« être au monde » dans une exposition présentée à Lafayette Anticipations – Fondation d’entreprise Galeries Lafayette jusqu’au 13 septembre 2020. Avec brio, l’artiste américaine manipule différents médias à travers cinq installations immersives, hautement sensorielles, dans lesquelles elle projette des histoires encore en « gestation » et y explore les relations entre les mondes animé et inanimé, humain et post-humain. Le bâtiment de la fondation, conçu par Rem Koolhaas, est reconfiguré pour faire évoluer le spectateur dans une sorte de chrysalide feutrée, jusqu’à sa libération au sommet de l’exposition. Une expérience vivifiante. E. D. 

Rachel Rose, Vue de l’exposition « Rachel Rose », Lafayette Anticipations

Rachel Rose, Vue de l’exposition « Rachel Rose », Lafayette Anticipations, 2020

i

© Andrea Rossetti, Lafayette Anticipation

Du 13 mars 2020 au 13 septembre 2020
Réouverture le 25 mai.

www.lafayetteanticipations.com

7. Claudia Andujar, le combat d’une vie

Une vie passée à explorer les confins de l’Amazonie brésilienne, à défendre les Yanomami. C’est sur ce combat, mené par Claudia Andujar, que revient la fondation Cartier pour l’art contemporain, qui consacre à la photographe sa première exposition jamais organisée en France. Dès les années 1970, elle a suivi au plus près le destin de ce peuple menacé, capturant sa vie quotidienne et ses coutumes, dans des clichés d’une folle poésie, baignés de mystères et de mysticisme. I. B.

Claudia Andujar, Maison collective proche de la mission catholique du rio Catrimani, Roraima, pellicule infrarouge

Claudia Andujar, Maison collective proche de la mission catholique du rio Catrimani, Roraima, pellicule infrarouge, 1976

i

Arrow

Claudia Andujar – La Lutte Yanomami

Du 30 janvier 2020 au 13 septembre 2020
Réouverture le 16 juin.

www.fondationcartier.com

8. Christo et Jeanne-Claude, ultime hommage

Le couple le plus emblématique de l’art contemporain emballe le Centre Pompidou ! L’institution rouvre ses portes avec une grande exposition consacrée à Christo et Jeanne-Claude qui, avec leurs projets hors normes et éphémères, ont réenchanté le monde, recouvrant les monuments (patrimoniaux et naturels !) de tissu coloré. Un hommage immanquable alors que Christo, disparu il y a quelques semaines à peine, a tiré sa révérence sans voir l’accomplissement de son dernier grand projet : l’empaquetage de l’Arc de Triomphe, prévu pour cet automne. I. B.

Christo et Jeanne-Claude, The Pont-Neuf Wrapped, Paris, 1975-1985 [Le Pont-Neuf empaqueté, Paris, 1975-1985]

Christo et Jeanne-Claude, The Pont-Neuf Wrapped, Paris, 1975–1985 [Le Pont-Neuf empaqueté, Paris, 1975–1985], 1985

i

© Christo 1985 Photo © Wolfgang Volz

Arrow

Christo et Jean-Claude – Paris !

Du 1 juillet 2020 au 19 octobre 2020

9. Folklore d’hier et d’aujourd’hui

Le folklore, antithèse des avant-gardes ? Bien au contraire ! À travers près de 500 œuvres, le Centre Pompidou-Metz, qui fête ses 10 ans cette année, explore la relation des artistes avec cette notion pourtant associée à la tradition. L’exposition conçue en partenariat avec le Mucem revient ainsi sur la façon dont le folklore a nourri l’imaginaire (et les fantasmes) des pionniers de la modernité (à commencer par Paul Gauguin ou Vassily Kandinsky), mais aussi sur la façon dont l’anthropologie s’est immiscée dans les arts et comment, à l’ère de la globalisation, les artistes explorent les « nouvelles géographies du folklore ». I. B.

Vassily Kandinsky, Die Raben [Les Corbeaux]

Vassily Kandinsky, Die Raben [Les Corbeaux], 1907

i

Linogravure • © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian

Du 21 mars 2020 au 21 septembre 2020

10. Louboutin, faiseur de rêves

Figure incontournable de la mode, Christian Louboutin fait son défilé au Palais de la Porte Dorée ! Une exposition invite à marcher dans les pas du créateur de souliers à l’emblématique semelle rouge, inspiré depuis l’enfance par l’architecture art déco du lieu. L’occasion d’en savoir plus sur les sources d’inspiration du chausseur parisien, et de percer les secrets de son processus créatif. Du rêve de la tête aux pieds ! I. B.

Vue de l’exposition Christian Louboutin L’Exhibition[niste] au Palais de la Porte Dorée

Vue de l’exposition Christian Louboutin L’Exhibition[niste] au Palais de la Porte Dorée

i

Arrow

Christian Louboutin : Exhibition(niste)

Du 26 février 2020 au 3 janvier 2021

lexposition.christianlouboutin.com

11. Dans le théâtre de William Kentridge

Artiste sud-africain aux mille et une facettes, William Kentridge est célébré au LaM, qui lui consacre sa première grande exposition française. Puisant dans le cinéma de Méliès comme dans l’héritage dada, l’œuvre prolifique de Kentridge mêle vidéo, dessin, performance et est hantée par l’histoire violente de son pays, marqué par l’Apartheid. Spectaculaire et poétique, son travail nous invite à envisager un monde sans hiérarchies et sans frontières. I. B.

Arrow

William Kentridge. Un poème qui n’est pas le nôtre

Du 5 février 2020 au 13 décembre 2020

www.musee-lam.fr

12. Tissot, so chic !

Peintre et dandy, ami de Manet et de Degas, James Tissot s’est fait le chroniqueur de la bonne société de la seconde moitié du XIXe siècle. Formé à Paris où il se passionne pour l’art japonais, il s’exile en Angleterre et rencontre le succès comme portraitiste. Le musée d’Orsay rend aujourd’hui hommage à cet artiste injustement tombé en désuétude, dont la peinture élégante et les compositions audacieuses ont contribué au mythe de « l’élégance à la française ». I. B.

James Tissot, La Convalescente

James Tissot, La Convalescente, 1875–1876

i

Huile sur toile • 75,4 × 98,4 cm • Coll. Sheffield, Museums Sheffield • © Museums Sheffield

Du 24 mars 2020 au 13 septembre 2020
Réouverture du musée d’Orsay à compter du mardi 23 juin.

www.musee-orsay.fr

13. Pompéi comme si vous étiez

Italie, 17 octobre 79, le Vésuve entre en éruption. La ville de Pompéi, située entre le volcan et la mer, est ensevelie sous la lave. Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour que la cité antique, ses luxueuses villas et ses mosaïques ne soient redécouvertes. L’exposition immersive proposée cet été par le Grand Palais propose aux visiteurs, grâce à une reconstitution en 3D en très haute résolution, de plonger dans la vie quotidienne des pompéiens et de revivre la catastrophe. L’événement rassemble également divers artefacts originaux (mosaïques, fresques, sculptures, bijoux…). Bref, un vrai voyage dans le temps ! I. B.

Jules-Léon Chifflot, « Maison du Centenaire » à Pompéi

Jules-Léon Chifflot, « Maison du Centenaire » à Pompéi, 1903

i

Gouache sur papier • 69 cm x 156 cm • Coll. École nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris • © Beaux-Arts de Paris, Dist. Rmn-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris

Du 1 juillet 2020 au 27 septembre 2020
Réouverture le 1er juillet. La billetterie est désormais ouverte, la réservation est obligatoire.

www.grandpalais.fr

14. Expérience totale avec Ulla von Brandenburg

Pour cette exposition au Palais de Tokyo, Ulla von Brandenburg, artiste née en Allemagne, a imaginé un projet total et évolutif. Les murs du white cube sont habillés de tissus colorés, agencés telles des cabanes que nous traversons de manière successive alors que divers objets envahissent le sol du musée. Ces éléments de mise en scène se retrouvent dans le film « Le milieu est bleu », cœur de l’exposition, tourné au théâtre du Peuple de Bussang, dans les Vosges. L’artiste cherche ainsi, à partir de la notion de rituels, à pousser notre identification à une microsociété pour mieux explorer les limites inhérentes à nos mondes contemporains. E. D.

Ulla von Brandenburg, Vue de l’exposition « Le Milieu est bleu » d’Ulla von Brandenburg, Palais de Tokyo

Ulla von Brandenburg, Vue de l’exposition « Le Milieu est bleu » d’Ulla von Brandenburg, Palais de Tokyo, 2020

i

Arrow

Ulla von Brandenburg – Le milieu est bleu

Du 21 février 2020 au 13 septembre 2020

www.palaisdetokyo.com

15. Le troisième œil à l’œuvre

Impossible de ne pas être envoûté ! Après le LaM de Villeneuve d’Ascq, le musée Maillol convoque les œuvres stupéfiantes de trois peintres originaires du bassin minier : Augustin Lesage, Victor Simon, Fleury-Joseph Crépin, qui prirent subitement les pinceaux sous la dictée des esprits. Leurs œuvres vibrant de mille couleurs et fourmillant de détails hypnotiques sont présentées dans le contexte plus large de la vogue du spiritisme à la fin du XIXe siècle, planches de Ouija et guéridons à l’appui. Mais c’est aussi l’occasion de découvrir le rôle méconnu des femmes dans les cercles spirites et d’explorer une part de la création actuelle imprégnée d’ésotérisme. Une visite forcément un peu magique. F. G.



Source link

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 + 1 =