«Valérie Pécresse est une adversaire très respectable», loue Édouard Philippe


L’ancien premier ministre estime dans le Midi Libre qu’il «n’est pas sûr» que la désignation de la présidente de la région Île-de-France suffise à «réconcilier» les droites.

Depuis sa désignation, Valérie Pécresse n’est pas épargnée par la macronie. Mais alors que les ténors de la majorité multiplient les attaques contre sa personne, Édouard Philippe a tenu, ce mercredi, des propos bien plus mesurés, dans les colonnes du Midi Libre . Selon lui, la candidate des Républicains pour l’élection présidentielle est «une adversaire très respectable».

L’ancien premier ministre, ancien membre des Républicains, connaît bien la présidente de la région Île-de-France. «Nous avons fait campagne pour Alain Juppé ensemble en 2016», rappelle-t-il, avant de revenir sur ce qui a poussé Valérie Pécresse à quitter, comme lui, Les Républicains. «Elle a quitté les LR pour des raisons de fond et elle y est revenue pour des raisons tactiques», résume-t-il.

Selon lui, il n’est «pas sûr» que Pécresse parvienne à réconcilier les droites

Édouard Philippe insistait, lorsqu’il était au gouvernement, sur sa volonté de faire «travailler la poutre». Une métaphore utilisée par l’ancien premier ministre pour évoquer la recomposition du paysage politique et la volonté de la majorité présidentielle de s’élargir en attirant des personnalités de droite. Après avoir créé Horizons !, sa propre formation politique, positionnée au centre droit, il doute que le pari de Valérie Pécresse de réconcilier les droites, aboutisse.

«Elle a, elle-même, théorisé les droites irréconciliables, et je ne suis pas sûr que sa désignation par Les Républicains suffise à les réconcilier», juge-t-il. Selon lui, la candidate LR va «devoir dire, à un moment, ce qu’elle est, ce qu’elle porte, sa vision, ses valeurs». Et de conclure : «Chacun jugera sur ses propositions, ce sera un débat intéressant».



Source link