Tootsie, ce soir sur France 5 : pourquoi (re)voir cette comédie culte avec Dustin Hoffman – Actus Ciné


Diffusé ce lundi 23 mars, à 20h50, sur France 5, le film de Sydney Pollack demeure, malgré le temps qui passe, l’un des joyaux de la comédie américaine. Et l’interprétation de Dustin Hoffman y est pour beaucoup.

D.R.

Au palmarès des plus belles filmographies, celle de Dustin Hoffman occupe l’une des premières places. Pendant près de six décennies, l’acteur n’a cessé de briller à travers ses performances inoubliables. Parmi elles, on pense bien sûr à son rôle d’étudiant, épris d’une femme plus âgée, dans Le Lauréat de Mike Nichols ou celui d’un autre étudiant, pourchassé par un docteur nazi, dans Marathon Man de John Schlesinger. Comment oublier également son interprétation de Raymond, le frère autiste de Tom Cruise dans Rain Man, qui lui vaudra un second Oscar en 1989. Mais l’un des visages les plus marquants de sa carrière restera celui de Dorothy Michaels, actrice et vedette en devenir, qu’il incarne avec talent dans Tootsie. Diffusé ce lundi 23 mars sur France 5, l’œuvre de Sydney Pollack n’a rien perdu de sa superbe et continue de séduire des générations de spectateurs.

Sortie en 1982, le film suit le quotidien de Michael Dorsay (Dustin Hoffman), comédien colérique qui, pour décrocher un rôle dans un feuilleton populaire, se créer un alter ego : une femme de caractère nommée Dorothy Michaels. À sa plus grande surprise, ce qui ne devait être qu’un simple coup de tête va se transformer en véritable succès. Sous sa nouvelle identité, Michael remporte l’audition et devient une star montante aux États-Unis. Mais comment vivre sa soudaine notoriété lorsque celle-ci repose uniquement sur un mensonge ? Énorme triomphe public et critique  – le film a reçu pas moins de dix nominations aux Oscars en 1983 -, Tootsie utilise un ressort comique très courant au cinéma : le travestissement. Si certains films tentent l’exercice et se vautrent dans la caricature, celui-ci parvient à divertir et émouvoir grâce au jeu millimétré de l’interprète principal.

Lire aussi article :  2e victoire pour la Roma, première pour Tottenham

Connu pour son perfectionnisme, l’acteur s’est inspiré de sa propre mère pour créer son personnage. Dans une interview accordée à l’American Film Institute (AFI, NDLR), Dustin Hoffman explique qu’il n’aurait jamais accepté de faire ce film si son apparence n’était pas crédible aux yeux des autres. Pour s’en assurer, il s’est même rendu, en costume, à une réunion de parents d’élèves en se présentant comme la tante de sa propre fille. La supercherie fonctionne : le corps enseignant ne se doute de rien et la star, elle, est alors convaincue de sa performance. Il est facile d’établir quelques parallèles entre Dustin Hoffman et son personnage à l’écran, réputé pour être impulsif et difficile sur les plateaux de tournage, comme l’acteur lui-même. Si, en homme, le protagoniste nous apparaît comme peu sympathique, c’est totalement l’inverse lorsqu’il se métamorphose en femme. Drôle, maladroite, touchante, Dorothy Michaels parvient à nous faire oublier qu’elle n’est qu’une simple couverture. C’est là que le film frôle le génie.

Sans être pour autant politique, Tootsie pointe du doigt le traitement réservé aux femmes dans le monde du spectacle, des plateaux de tournage aux auditions. Si elles sont toujours humoristiques, de nombreuses séquences dénoncent le comportement misogyne des hommes de pouvoir derrière les caméras. Un comportement que Dorothy Michaels n’hésite pas à combattre lorsqu’elle fait, elle aussi, l’objet de quelques gestes déplacés alors qu’elle n’est qu’une imposture. Toujours durant son interview pour l’AFI, Dustin Hoffman précisait, très ému, que le physique peu avantageux de son personnage l’a poussé à jouer ce rôle : “Je pense être une femme intéressante lorsque je me regarde à l’écran. Mais si je rencontre cette femme dans une soirée, je n’irais pas lui parler car elle ne ressemble pas aux codes imposés par notre société. (…) Il y a trop de femmes intéressantes que je n’ai pas eu la chance de connaître parce que j’ai été, moi aussi, lobotomisé par ces codes-là.

Lire aussi article :  La pandémie a donné lieu à des entraves «sans précédent» de la liberté d'expression, selon Amnesty

Autour de l’acteur, les autres talents ne déméritent pas. On retrouve Jessica Lange – c’est elle qui remporte le seul Oscar qui ira au film -, Bill Murray, Teri GarrGeena Davis – dans son premier rôle au cinéma – et même Andy Warhol dans un caméo. Dans la peau de l’agent de Michael Dorsay, George Fields, c’est Sydney Pollack, lui-même, qui donne la réplique à Dustin Hoffman. Près de quarante ans après sa sortie, Tootsie reste une perle rare dans le genre de la comédie américaine. L’héritage du film est tel qu’en 1998, il fit son entrée dans la Bibliothèque du Congrès pour rejoindre les œuvres conservées, ayant eu un impact culturel et historique considérable. En 2019, le classique s’impose sur les planches de Broadway sous forme de comédie musicale, et c’est Santino Fontana qui interprète, cette fois, le personnage devenu culte.

Découvez la bande-originale de “Tootsie” :



Source link