Taïwan, épicentre des tensions militaires entre la Chine et les États-Unis


DÉCRYPTAGE – Le sort de l’île volcanique, que la Chine communiste a promis de réintégrer dans son giron, donne lieu à une surenchère rhétorique aussi bien que militaire.

De notre correspondant à Taïwan

Inlassablement, les vagues de soldats casqués en uniforme de camouflage et cramponnés aux vedettes rapides se jettent à l’eau, fusils-mitrailleurs en bandoulière, partant à l’assaut de la plage de sable blanc. Les troupes «de choc» de l’Armée populaire de libération (APL) ont mené une répétition grandeur nature d’un «D Day» chinois sur les côtes subtropicales du Fujian, dans le détroit de Taïwan, à une centaine de kilomètres en face de l’île jugée rebelle par Pékin. «Si les séparatistes osent détacher Taïwan de la Chine, l’APL les écrasera sans merci», a claironné le quotidien de l’armée chinoise, à point nommé, au lendemain d’un discours combatif de la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, le 10 octobre, jurant de «ne pas plier sous la pression» du régime communiste.

La propagande chinoise bande ses muscles, à grand renfort d’images d’artillerie, menaçant la présidente de la jeune démocratie de 23 millions d’habitants d’invasion militaire si elle ose franchir

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link

Lire aussi article :  les balles de couleur se multiplient-Alimentation et fourrages