«Retrouver la pesanteur n’est pas forcément plus simple la deuxième fois»


ENTRETIEN – Le Dr Guillaume Weerts, responsable du service de médecine spatiale à l’ESA, supervisera le programme de remise en forme intense de Thomas Pesquet. Il explique les enjeux auxquels doit faire face l’astronaute dans les jours et les semaines à venir.

Le Dr Guillaume Weerts est responsable du service de médecine spatiale du Centre européen des astronautes à Cologne (ESA).

Les astronautes disent souvent que le retour sur Terre est une sensation extrêmement désagréable. Pour quelle raison?

Pour le comprendre, il faut rappeler que sur Terre, tout notre corps lutte en permanence contre le champ de gravité, ce qui n’est plus le cas à bord de la station. Or le corps s’habitue très rapidement à la disparition de cette contrainte. Le sang n’est plus attiré par les pieds et se concentre dans la partie centrale du corps ; le cœur n’a plus besoin de pomper aussi fort pour faire monter le sang au cerveau et le volume sanguin diminue. Cette adaptation du système cardiovasculaire se fait en quarante-huit heures environ.

Le système vestibulaire (l’oreille interne) qui nous permet de garder l’équilibre met un peu plus longtemps à s’adapter, entre deux et sept jours. Puis sur le plus long terme, les muscles qui nous donnent le tonus nécessaire pour nous

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link