«Pas de coup de pouce» au-delà de la hausse automatique du 1er janvier, confirme Borne


Le Smic n’augmentera pas au-delà de la hausse automatique de 0,9% prévue en janvier pour compenser l’inflation, malgré les demandes de la CGT et de FO.

Le gouvernement n’accordera «pas de coup de pouce» au Smic au-delà de la hausse automatique de 0,9% prévue en janvier pour compenser l’inflation, a indiqué ce jeudi la ministre du Travail, Élisabeth Borne.

«On ne va pas faire de coup de pouce, je vous le confirme», a déclaré Élisabeth Borne sur CNews, soulignant qu’en un an, le Smic «aura augmenté de 3,1% pour s’établir à 1603 euros brut mensuels, soit 48 euros de plus par mois». Chaque 1er janvier, le Smic est revalorisé automatiquement en fonction de l’inflation constatée pour les 20% des ménages aux plus faibles revenus entre la dernière revalorisation et le mois de novembre, augmenté de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés.

Le gouvernement peut choisir d’aller au-delà de cette augmentation automatique, mais le panel d’économistes consulté avant chaque hausse s’est prononcé la semaine dernière contre cette éventualité – comme à chaque fois depuis son premier avis en 2008. Ces économistes considèrent qu’un «coup de pouce» serait «préjudiciable à l’emploi des personnes les plus vulnérables», d’autant plus qu’il ne pourrait «plus être compensé par une baisse des cotisations sociales employeur, qui ont atteint le seuil maximal au niveau du Smic».

Cette argumentation exaspère les syndicats. Dans un communiqué commun, FO, la CGT ou encore Solidaires ont dénoncé la semaine dernière un «comité d’experts qui trouve toujours de fausses raisons pour décourager tout coup de pouce salarial», réclamant «une augmentation significative du Smic dès le 1er janvier 2022».

Les syndicats ont été consultés ce mercredi dans le cadre de la Commission nationale de la négociation collective (CNNCEFP) mais ils ne semblent pas avoir été entendus par le gouvernement.



Source link