Météo – « Apocalypse de chaleur » lundi dans une France rouge canicule


« Apocalypse de chaleur » par endroits lundi, suivie d’une « nuit torride » : 15 départements de la façade ouest de la France sont placés en « vigilance rouge » canicule en raison d’une vague de chaleur d’une particulière intensité, a annoncé dimanche Météo France.

Le pic de cette 45e vague de chaleur recensée en France depuis 1947 est attendu lundi, avec des « ribambelles de records », notamment en Bretagne et dans les Landes, a indiqué Météo France lors d’un point presse.

En Gironde, les pompiers bataillaient toujours dimanche pour fixer deux feux de forêt ravageurs qui ont détruit près de 11 000 hectares de végétation.

L’alerte « rouge » émise dimanche, qui recommande aux habitants des zones concernées d’observer une « vigilance absolue » face à des « phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle », concerne les départements suivants : Charente, Charente-Maritime, Côtes-d’Armor, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot-et-Garonne, Maine-et-Loire, Morbihan, Deux-Sèvres et Vendée.

Le pic de chaleur extrême de cette vague, débutée mardi dernier, justifie le passage de ces 15 départements en « vigilance rouge canicule pour un début d’événement le 18 à 12h ».

« Nuit vraiment torride »

51 départements sont par ailleurs en vigilance orange (ce qui signifie « soyez très vigilants ») et le reste de la France – à l’exception de la Corse-du-Sud – est en jaune (« soyez attentifs »).

La journée de lundi pourrait être l’une des plus chaudes jamais enregistrées en France. « Dans certaines zones du Sud-Ouest, ce sera une apocalypse de chaleur », a déclaré à l’AFP François Gourand, prévisionniste à Météo France.

« Il y a énormément de records attendus demain : en Bretagne, avec peut-être jusqu’à 40°C à Brest », ce qui serait un record absolu, mais aussi dans les Landes, où « la forêt landaise sera au-dessus des 42°C et peut-être jusqu’à 44°C », a déclaré le prévisionniste Olivier Proust lors du point presse.

La nuit de lundi à mardi sera brûlante dans tous les départements en rouge : « On va avoir une nuit vraiment torride », avec des minimales ne descendant pas en-dessous de 25/26°C au plus frais de la nuit, a-t-il ajouté.

Mardi, « la baisse sensible des températures par l’Atlantique se confirme » et la vigilance rouge devrait être levée dès 6h, selon le bulletin de Météo France. Mais de fortes chaleurs devraient perdurer dans le sud-est.

Sous l’effet de la chaleur, les concentrations d’ozone « demeurent soutenues sur l’ensemble de la Métropole », avec une dégradation attendue lundi sur l’arc Atlantique et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon Prev’air, plateforme nationale de prévision de la qualité de l’air. Airparif prévoit aussi un « dépassement du seuil d’information » en Ile-de-France.

En Gironde, après six jours de lutte contre le feu, la situation restait « défavorable » dans le secteur de la Teste-de-Buch, selon la préfecture. Pendant la nuit, les flammes ont peu progressé mais de nouveau menacé les campings de la dune du Pilat « en raison de nombreuses reprises de feu, soutenues par de fortes rafales de vent ».

La forêt, « un bien majeur »

« La forêt est un bien majeur. Ce qui se passe ici est sans doute une catastrophe environnementale. Elle nécessite qu’on ne verse pas seulement des larmes mais qu’on prenne derrière des solutions », a déclaré à la presse le président du Sénat Gérard Larcher, venu à la rencontre des pompiers à la Teste-de-Buch, avant de se rendre à Landiras, deuxième front en Gironde, où le feu a également moins progressé.

Au total depuis mardi, ce sont plus de 14 000 habitants et vacanciers qui ont dû plier bagages, trouvant notamment refuge dans les sept centres d’hébergement d’urgence ouverts.

À Murviel-les-Montpellier, dans l’Hérault où le thermomètre dépassait 40°C ce dimanche, Gilles Thérond, 67 ans, se réveille « chaque matin à 5h30 pour aérer la maison. Puis, dès que le soleil se pointe, on referme les fenêtres, les volets et même les doubles rideaux. Ça marche plutôt bien ».

À Lyon, la chapelle voisine du Grand Hôtel Dieu offrait un refuge aux touristes : « On est rentré pour admirer l’endroit mais on n’arrive plus à partir, dehors il fait trop chaud. On fait une prière avant la fournaise ! », s’amuse Jean-Marc, 51 ans, venu d’Alsace en famille.

Face à la chaleur écrasante, une seule arme : s’hydrater et limiter ses déplacements aux heures les plus chaudes, rappelle Météo-France.

Et il va falloir s’y habituer. La multiplication de ces phénomènes est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Cette vague de chaleur touche l’ensemble de l’Europe occidentale, provoquant également des feux de forêt en Espagne ou au Portugal. Au Royaume-Uni, l’agence météorologique a émis la toute première alerte « rouge pour chaleur extrême » de l’histoire du pays.





Source link