Le télescope Webb, un lancement à haut risque


RÉCIT – Une fusée européenne Ariane 5 doit emporter samedi l’observatoire le plus cher jamais construit, avec 10 milliards de dollars dépensés pour la seule Nasa.

«Et voilà l’œuvre d’art!» Daniel de Chambure, responsable Ariane 5 à l’Agence spatiale européenne (ESA) est tout sourire ce jeudi matin sur le Centre spatial guyanais (CSG), à Kourou. Le gigantesque rideau métallique de 60 mètres de haut du bâtiment d’assemblage final du lanceur vient de se lever.

Au sommet de la fusée européenne, le télescope spatial James Webb (JWST), un bijou de technologie à 12 milliards de dollars, fruit d’une collaboration entre les agences américaine (Nasa), européenne (ESA) et canadienne (ASC). Alors qu’il pleut presque sans discontinuer depuis deux jours à Kourou, les nuages se déchirent alors, laissant percer un soleil éblouissant.

Un observatoire révolutionnaire

Après une série de reports qui a vu la date de décollage glisser du 18 au 25 décembre, serait-ce enfin un bon présage? Chacun l’espère ici. Beatriz Romero, responsable du projet JWST chez Arianespace, est très émue. «Cela fait quatorze ans que je travaille dessus, c’est forcément un moment un peu particulier. C’est historique.» Le décollage…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link