le Conseil des droits de l’homme demande le «retour immédiat» du gouvernement civil


Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a demandé vendredi 5 novembre le «retour immédiat» du gouvernement civil au pouvoir, après le putsch du 25 octobre, qui a vu l’armée saisir les rênes du pays et limiter les droits de l’homme.

La résolution – adoptée par consensus – condamne également «la détention injuste» du premier ministre Abdallah Hamdok ainsi que d’autres responsables et demande que les militaires «remettent immédiatement en liberté (…) tous les individus détenus illégalement et arbitrairement».

Un grand nombre de pays ont fait écho à l’ambassadeur britannique à Genève, Simon Manley qui a dénoncé «la détérioration dramatique de la situation des droits de l’homme» depuis le putsch. «Alors que le peuple soudanais se soulève pacifiquement contre le coup d’État qui tente de briser la transition démocratique, la communauté internationale lui adresse un vigoureux message de soutien et s’engage à travers l’adoption par consensus de cette résolution à veiller au retour à l’état de droit avec la réinstauration du gouvernement de transition et au respect des droits de l’Homme», a souligné l’ambassadeur de France à Genève, Jérôme Bonnafont.

Vers la surveillance d’un expert

La plus haute instance de l’ONU en matière de droits de l’homme, convoquée en urgence à la demande du Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis et la Norvège, demande aussi la nomination d’un expert de haut niveau par la Haute commissaire aux droits de l’homme Michelle Bachelet, qui sera chargé de surveiller le respect des droits humains dans le pays. Le projet de résolution prévoyait initialement de renommer un rapporteur spécial, dont le mandat n’avait pas été renouvelé par le Conseil en octobre 2020.

La situation sur le terrain semble évoluer rapidement. Le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, a ordonné jeudi la libération de quatre ministres arrêtés le jour du coup d’État, sur fond d’efforts internationaux accrus pour remettre sur les rails la transition démocratique.

Michelle Bachelet a invité les militaires «à se retirer pour permettre au pays de retrouver la voie du progrès vers des réformes institutionnelles et légales». Elle a aussi dénoncé toute une série de violations des droits humains, comme les tirs à balles réelles contre des manifestants, qui selon elle ont fait 13 morts et plus de 300 blessés, mais aussi la coupure de l’internet depuis le putsch, qui empêche la population de s’informer.

Le Soudan mutique au Conseil

La Russie s’est «inquiétée de l’aggravation de la situation dans le pays» et juge «important d’éviter toute escalade». Mais le représentant de Moscou a souligné que la session spéciale était «une ingérence inacceptable» dans les affaires intérieures d’un pays, et «prématurée». La Chine et le Venezuela ont partagé ce point de vue et comme la Russie se sont publiquement dissociés du consensus.

Contrairement à la tradition, le Soudan n’a pas pris la parole lors de la session. Osman Abu Fatima Adam Mohammed, l’adjoint du représentant permanent à Genève, Ali Ibn Abi Talib Abdelrahman Mahmoud, a revendiqué dans un courrier diffusé à Genève cette semaine parler désormais au nom du pays.

Selon les règles de l’ONU, l’ambassadeur Mahmoud reste le représentant officiel auprès de l’organisation.



Source link