Le chant du verre | Beaux Arts



Comment mettre en scène le langage ? Donner corps au son à travers des images, mission impossible ? Qu’à cela ne tienne, c’est le défi que s’est lancé le duo Lefebvre/Zisswiller, respectivement Nicolas et Camille, qui ont fait leurs armes à l’École du Louvre, à la HEAR de Strasbourg ou encore à la Cambre de Bruxelles, avant de rejoindre les rangs du Fresnoy en 2019.

Leur court métrage État du langage, réalisé en 2021 et présenté l’année suivante à l’Imagine Science Film Festival de New York, montre la métamorphose du verre. Treize minutes durant, les images réelles et les visions modélisées par ordinateur d’un bloc translucide se succèdent. Il se tord à l’envi, générant une valse étrange des atomes en mouvement.

Pour le duo, au cours des changements d’état de la matière, « une prosodie » – musique du langage propre à chaque langue – se manifeste. Et quelle musique ! À la moitié du film (7’30), le son numérique se met à rire, d’un petit hoquet de « ha » et de « ha ». Des infimes bribes de paroles cristallines, à la fois capricieuses et inquiétantes – c’est à nous de le dire – rythment cette épopée de la matière en fusion. Entre expérimentation, poésie visuelle et cinéma d’animation, le court métrage exprime avec finesse ce qui est formulé au-delà du langage.

Nicolas Lefebvre et Camille Zisswiller, 13 min, 2021



Source link