La fondation Maeght, ou l’indémodable moderne


Impossible de résister à son charme dévastateur. Dessinée par l’architecte catalan Josep Lluís Sert sur les hauteurs d’un emblématique village d’artistes, la fondation d’Aimé et Marguerite Maeght ne pourrait mieux illustrer les célèbres vers de Baudelaire : « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. » Jardins en étages, sculptures un peu partout, bâtiments immaculés sous le soleil, bassins d’eau vibrant avec le ciel azur… Giacometti et Miró en sont les plus célèbres habitants, heureux immortels parmi les cigales.

Ce qu’il faut savoir

En 1945, la galerie Maeght ouvre à Paris. Très proches des artistes de leur temps (Matisse, Léger, Bonnard…), Aimé et Marguerite Maeght en font rapidement un lieu incontournable de la modernité, qui organise en 1947 une grande exposition surréaliste. Endeuillé par la mort de leur fils Bernard en 1953, le couple se décide à suivre le conseil de Georges Braque et s’engage dans un projet inédit : l’ouverture d’une fondation. Ils se rendent aux États-Unis, visitent le Guggenheim et reviennent habités d’idées et d’ambitions. Josep Lluís Sert conçoit pour le site escarpé de Saint-Paul de Vence plusieurs bâtiments : un café, une bibliothèque, des espaces d’exposition… Tous blancs, et caractérisés par de spectaculaires ouvertures sur les environs, les cours et les jardins, peuplés de sculptures. En 1964, André Malraux inaugure ces murs où l’art moderne séduit, encore aujourd’hui, 200 000 visiteurs par an.

À ne pas rater

Bien sûr, le jardin et le labyrinthe de Miró sont les incontournables ultra-photogéniques d’une visite à la fondation Maeght… Mais ne mésestimez pas ses expositions temporaires, toujours excellentes. Cet été, place à une sélection de toiles abstraites venues de la Fondation Gandur pour l’Art – avec des œuvres rares de Sam Francis, Pierre Soulages, Joan Mitchell, François Morellet… Éblouissant !

Dans le Jardin des sculptures, Les Renforts d’Alexander Calder de 1964

i

Photo Olivier Amsellem- Archives Fondation Maeght © Alexander Calder / ADAGP, Paris 2022

FondationMaeght PhotoOlivierAnsellem ArchivesFondationMaeght (102)

FondationMaeght PhotoOlivierAnsellem ArchivesFondationMaeght (54)

FondationMaeght PhotoOlivierAnsellem ArchivesFondationMaeght (59)

FondationMaeght PhotoOlivierAnsellem ArchivesFondationMaeght (116)





Source link