Face aux feux de forêt – Le gouvernement martèle le message de la prévention


Les ministres Christophe Béchu (transition écologique), Marc Fesneau (agriculture) et Bérangère Couillard (secrétaire d’Etat à l’écologie) ont insisté mercredi sur la nécessité de mieux entretenir les forêts pour prévenir le risque d’incendies, qui s’accentue sous l’effet du changement climatique.

Christophe Béchu s’exprimait depuis la forêt de Sénart, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris dans l’Essonne, où un incendie avait ravagé une soixantaine d’hectares en 2018. Le gouvernement a lancé mi-juin une campagne nationale de prévention des feux de forêt, neuf feux sur dix étant d’origine humaine, avec la sécheresse actuelle comme facteur aggravant. Le budget sera rehaussé de 300 000 euros pour permettre « la diffusion de messages de prévention notamment sur les réseaux sociaux au mois d’août », a fait savoir le ministère.

Une « journée nationale de la résilience » se tiendra le 13 octobre, a ajouté le ministre de la Transition écologique. « L’objectif sera d’apprendre comment vivre avec ces risques naturels, comment s’y préparer », a-t-il expliqué, ajoutant que les feux hors normes constituent une « nouveauté ». Il était accompagné par Marc Fesneau, qui a rappelé que presque 40 000 hectares de terrain avaient déjà brûlé en France depuis le début de l’année.

Le ministre de l’agriculture a également estimé qu’il devrait y avoir une « contrainte » pour les propriétaires de forêts privées, qui représentent 75 % du parc forestier en France métropolitaine. « Certains disent qu’il ne faut pas trop débroussailler parce qu’on vient perturber l’écosystème, sauf que la vraie perturbation de l’écosystème c’est quand il y a les incendies », a-t-il ajouté.

« On va être amenés à demander à des propriétaires forestiers qui n’étaient pas concernés par des pratiques de débroussaillement d’avancer là-dessus », a-t-il déclaré, rappelant que le risque d’incendies se déplaçait vers des régions traditionnellement moins touchées, comme la Bretagne ou la Sologne. « La prévention a toujours un coût, mais il est moindre que celui des incendies », a-t-il résumé.

La secrétaire d’Etat à l’Ecologie Bérangère Couillard a plaidé pour que l’Office national des forêts (ONF) et l’Office français de la biodiversité (OFB) puissent travailler avec des drones.

« Il y a question sur les parcelles privées, au-dessus desquelles il n’est pas possible actuellement de passer et de faire des contrôles », a-t-elle fait valoir. « On est en train d’avancer là-dessus, il y a notamment une discussion avec la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) et on espère aboutir sur ce sujet », a-t-elle ajouté.



Source link