De Cabourg à Paris : un été dans les pas de Marcel Proust


1. À Cabourg, un aller simple pour la Belle Époque

Elle emprunte son nom au dernier tome d’À la recherche du temps perdu, et ceci n’est pas un hasard ! À Cabourg, la Villa du Temps retrouvé offre aux visiteurs un voyage à la Belle Époque. La Villa Bon Abri, dans laquelle est installée l’institution, fut construite par les Parent, une famille d’architectes proche de Proust. Et si ce dernier n’est pas à proprement parler le personnage principal de ce musée, c’est tout de même lui (ou plutôt sa statue en bronze) qui accueille les visiteurs dans le jardin ! La duchesse de Guermantes, Swann, Albertine… À peine a-t-on passé la porte qu’on a l’impression que pourraient surgir les personnages de la Recherche. Dans cette maison-musée, l’expérience est inédite : d’une part parce que les œuvres présentées changent chaque année, grâce à des prêts d’institutions importantes comme le musée d’Orsay ou le Mobilier National, mais aussi parce que les visiteurs sont rois. On peut s’asseoir dans les canapés douillets, feuilleter des livres dans la bibliothèque, et même jouer quelques notes de piano ! À l’étage, rendez-vous cet été avec Gustave Eiffel, autre figure incontournable de la Belle Époque dont l’empreinte est particulièrement visible en Normandie, le temps d’une petite exposition qui met en lumière ses projets moins connus du grand public. Après la visite, une balade dans Cabourg (devenu « Balbec » sous la plume de Proust), s’impose. L’esprit de l’écrivain est partout, du Grand Hôtel où il avait ses habitudes à la promenade en bord de mer qui porte son nom.

et accédez à Beaux Arts Magazine
et à tous les contenus web
en illimité à partir de 5,75€ / mois





Source link