Chicago hebdo – Maïs et soja grimpent encore, hissés par des facteurs techniques


Maïs et soja ont encore grimpé vendredi, dopés par des facteurs techniques, les opérateurs se positionnant à la veille d’un long week-end.

Maïs et soja ont ainsi enregistré leur troisième séance consécutive de hausse, au terme d’une semaine orientée par la crise ukrainienne pour le blé et le maïs. Selon Virginia McGathey, présidente de McGathey Commodities, vendredi, le mouvement a surtout été dirigé par l’expiration des options de mars, des contrats à terme qui permettent d’acheter ou de vendre à une date et un prix fixés à l’avance.

Le courtier a souligné qu’à l’approche de l’échéance, les prix du marché ont tendance à s’aligner sur celui auquel correspond le plus important volume d’options. Or, ces derniers se situaient à des niveaux élevés, a-t-elle expliqué, d’où le gain de vendredi. La date des échéances des options correspond également à la veille d’un long week-end de trois jours. Les marchés seront ainsi fermés lundi, jour férié aux États-Unis (Presidents’ Day).

Pour Virginia McGathey, les opérateurs préfèrent se positionner à la hausse avant ces trois jours de pause, estimant que « le risque est à la hausse », en cas de nouvelle dégradation de la situation géopolitique. Les opérateurs attendent, la semaine prochaine, la conférence sur les perspectives annuelles, organisée par le ministère américain de l’Agriculture (USDA). Ce sera l’occasion pour l’USDA de donner ses premières prévisions annuelles pour les marchés agricoles et les exportations.

Jeudi, le Conseil international des céréales (IGC) a nettement abaissé son estimation de production mondiale de soja pour la campagne en cours, de 4 %, à 353 millions de tonnes. L’IGC a aussi légèrement réduit sa prévision pour le maïs.

« La question est de savoir (…) quelle part de la demande va se reporter sur les États-Unis » du fait des pertes de production dues à la sécheresse dans le sud du Brésil, en Argentine et au Paraguay, s’est interrogé, dans un bulletin vidéo, Steve Freed, analyste d’ADM Investor Services.

Selon lui, la demande chinoise de soja américain pourrait accélérer, les producteurs d’huile de soja risquant de manquer de stocks après mars.

L’IGC a, en revanche, laissé inchangé sa prévision de production de blé, tout en abaissant légèrement son estimation de consommation, la conjonction des deux décisions étant défavorable aux cours.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en mai 2022 a perdu 0,56 % à 8,04 dollars contre 8,0475 dollars la veille.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison le même mois a avancé de 0,53 % à 6,5275 dollars contre 6,4925 dollars à la précédente clôture.

Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en mai a gagné 0,46 % à 16,0350 dollars contre 15,9600 jeudi.



Source link