ce que l’on sait du nouveau sous-variant Delta


FOCUS – Un nouveau sous-variant Delta inquiète le Royaume-Uni. Baptisé «AY.4.2», il a été détecté dans la plupart des pays européens. En France, 14 cas ont été confirmés.

  • Qu’est-ce que ce sous-variant ?

Identifié en juillet 2021 par les scientifiques, le variant «AY.4.2» est un sous-variant du très contagieux Delta apparu initialement en Inde et qui avait provoqué une reprise épidémique en fin de printemps et au début de l’été. Ce sous-variant est défini par deux mutations au niveau de la protéine Spike : Y145H et A222V.

L’apparition de nouvelles mutations n’est pas surprenante. «À ce jour, on distingue 45 sous-lignées du variant Delta. La perception que ces variants sont homogènes est fausse», explique au Figaro François Balloux, le directeur de l’Institut de génétique de l’University College of London. Selon lui, l’inquiétude des autorités britanniques est liée à sa fréquence d’apparition au Royaume-Uni, en augmentation de 7% ces dernières semaines.

Le sous-variant AY4.2 a été détecté dans 27 pays et a contaminé 14.970 personnes dans le monde, dont 14.247 au Royaume-Uni et 14 en France, selon les chiffres de outbreak.info du 18 octobre. Les cas ont été recensés en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et au Japon.

Le sous-variant Delta «AY.4.2» a contaminé 14,970 personnes dans le monde. outbreak.info

À VOIR AUSSI – «115.000 professionnels de santé» seraient morts du Covid-19 dans le monde selon l’OMS

  • Est-il plus transmissible ?

L’émergence de ce nouveau variant fait craindre une transmissibilité encore plus forte. «C’est le premier sous-variant plus transmissible que Delta. Beaucoup espéraient que l’on avait atteint un taux de transmissibilité maximum avec le variant Delta», constate François Balloux. Il estime que le taux de transmissibilité pourrait être supérieur de 10% par rapport au Delta.

Lire aussi article :  Socio Data Management annonce le recrutement de 30 Consultants Data d’ici à fin 2021 !

Mais, selon lui, ce nouveau sous-variant représente un risque moins élevé de transmissions que d’autres souches. Son émergence ne constitue pas «une situation comparable à l’émergence des souches Alpha et Delta, qui étaient beaucoup plus transmissibles (50% ou plus) que toutes les souches en circulation à l’époque». La situation «n’est pas dramatique » et «la légère hausse de transmissibilité aura peu d’incidence sur le nombre de cas. Il est peu probable qu’il change la situation actuelle», ajoute-t-il.

  • Le vaccin affecte-t-il les personnes vaccinées ?

Malgré son taux de transmissibilité plus important, «il y a peu de raison de penser que le sous-variant affecte des personnes vaccinées», rassure François Balloux. Des études sont en cours pour préciser sa résistance au vaccin.



Source link